Pour la deuxième année de suite, le CAA-Québec demande aux usagers québécois du réseau routier de lui signaler, d'ici le 1er mai prochain, leurs remarques sur l'état des routes qu'ils empruntent.

L'organisme de défense des intérêts des automobilistes compilera les votes et dressera un palmarès identifiant les 10 tronçons les plus signalés. Cette année, le site web piresroutes-caaquebec.com permet aux internautes de voter plus facilement et d'ajouter une photo.

Anne-Sophie Hamel, conseillère en communication du CAA-Québec, explique qu'en établissant ce palmarès, l'organisme poursuit deux objectifs :

  • donner une voix aux automobilistes;
  • faire état de la situation aux autorités municipales et provinciales.

Fort des résultats atteints l'an passé, le CAA-Québec estime que le palmarès aide les autorités à mieux établir leurs priorités en termes d'investissements et de réparations.

Une mobilisation qui donne des résultats

« C'est sûr qu'on ne peut pas certifier sans l'ombre d'un doute que c'est notre palmarès qui a fait bouger les choses, mais on pense que ça a quand même pu aider », dit Anne-Sophie Hamel, qui rappelle que, l'an passé, le CAA-Québec avait établi un palmarès de 12 routes parce que les votes étaient très serrés.

« Des douze routes identifiées, il y en a dix qui ont été réparées ou qui sont en voie de l'être », précise la porte-parole du CAA-Québec qui y voit le signe que les autorités sont à l'écoute des usagers.

Le CAA-Québec a aussi pris bonne note du fait que les deux paliers de gouvernement ont agi à la suite des révélations faites dans le palmarès. À noter toutefois que, l'an dernier, seules deux routes sur les douze signalées relevaient du gouvernement provincial.

Les gens ont participé

L'an dernier, près de 5000 votes ont été enregistrés par le CAA-Québec qui se dit très satisfait de cette participation.

Le palmarès a aussi fait l'illustration qu'il n'y a pas que Montréal qui soit aux prises avec des nids-de-poule et autres aléas. En réalité, Montréal occupait les dixième et onzième positions du palmarès 2015.

À ce chapitre, Anne-Sophie Hamel rappelle que le palmarès est basé sur les votes les plus populaires et elle cite le chemin de la Traverse entre Lac-Beauport et Sainte-Brigitte-de-Laval qui est arrivé en première position. « Les gens se sont vraiment mobilisés là-bas; est-ce que ça veut dire que c'est la pire route du Québec en termes techniques? Pas nécessairement », dit-elle.

Selon le CAA-Québec, l'hiver fertile en gels et en dégels que nous avons eu laisse présager qu'il y aura quantité de nids-de-poule un peu partout dans la province. Et l'organisme rappelle aux gouvernements que cela coûte beaucoup moins cher de faire de l'entretien préventif que d'avoir à refaire entièrement la chaussée... une fois que les dommages sont faits.

Le CAA-Québec rappelle que l'entretien du réseau routier est un enjeu de taille, d'autant plus que les automobilistes versent chaque année près de 4 milliards de dollars en taxes diverses pour son entretien.

Plus d'articles

Commentaires