Retour

Calgary 2026 : le rêve d’une candidature survit à un nouvel obstacle

Le conseil municipal de Calgary a voté en faveur de poursuivre les discussions entourant une candidature de la métropole albertaine aux Jeux olympiques d'hiver de 2026.

Un texte de Tiphanie Roquette

Ce vote décrit par plusieurs conseillers comme crucial et historique n’engage pas la métropole à déposer sa candidature à tout prix, mais la victoire du non aurait cependant fermé la porte à toute question de Calgary aux Jeux de 2026.

Neuf conseillers ont voté pour la poursuite de l’exploration de cette candidature et six se sont positionnés contre. Les conseillers se sont également mis d’accord pour établir un sous-comité responsable de piloter ces discussions olympiques.

Améliorer le processus

Composé de quatre conseillers et du maire, ce sous-comité doit permettre d’éviter les nombreuses bévues qui émaillent le processus depuis le début. Des rapports d’analyse de coûts ont ainsi été rendus publics sans que les conseillers connaissent leur existence.

L’annonce d’un financement provincial et fédéral à une société de candidature s’est également accompagnée de désordre et de confusion entourant l’obligation de tenir un référendum.

Si les discussions doivent se poursuivre, « nous devons assainir le processus. Fini les erreurs », a lancé la conseillère Druh Farrell très critique de cette candidature.

Un débat tendu

Lors des débats qui ont duré plus de deux heures, les conseillers ont noté à quel point cette question olympique polarise la ville et déchaîne les passions.

Le conseiller Ward Sutherland a indiqué avoir reçu de nombreux courriels au cours de la dernière semaine, certains incluant des menaces de mort et des insultes.

Les jours précédents le vote ont vu de nombreuses sorties médiatiques de la part de partisans et d'opposants des Jeux olympiques.

Un potentiel à ne pas manquer

Calgary a déjà dépensé six millions de dollars pour explorer cette candidature et sécurisé 20 millions de dollars de financement provincial et fédéral pour l’établissement d’une société de candidature.

S’arrêter maintenant sans avoir toutes les informations disponibles n'a aucun sens, ont répété plusieurs fois les partisans du oui. Le conseil municipal devrait obtenir une meilleure évaluation des coûts et des revenus de la tenue des Jeux en juin.

Les conseillers qui veulent que les discussions entourant la candidature se poursuivent ont aussi noté que les Jeux pourraient permettre d’insuffler un vent d’investissement à une métropole qui a encore du mal à se remettre de la récession économique.

Accueillir cet événement international permettrait également de rénover les installations sportives héritées des Jeux de 1988 sans que la Ville n’ait à en supporter tout le coût.

Les opposants maintiennent que cet argent serait mieux dépensé dans d’autres projets d’infrastructure. Ils s’inquiètent également de rentrer en affaires avec le Comité international olympique, un organisme dont l’histoire est parsemée de scandales.

Plus d'articles