Retour

Cartel du pain : Loblaw commence la distribution des cartes de 25$

Les consommateurs qui désirent obtenir une carte-cadeau de 25 $ de Loblaw peuvent dès maintenant remplir le formulaire d'inscription disponible sur le site Internet de l'entreprise. Le mois dernier, Loblaw avait promis de dédommager les clients après avoir admis avoir conspiré pour gonfler le prix du pain entre 2002 et 2015.

Tous les détails sur le programme et la liste complète des produits dont les prix avaient été fixés par l'entremise d'un stratagème commercial sont aussi disponibles sur le site carteloblaw.ca, qui a été mis à jour lundi matin.

Toute personne ayant acheté un de ces produits dans un magasin Loblaws, ce qui inclut notamment Provigo, Maxi et Superstore, entre 2002 et mars 2015, peut réclamer sa carte d’ici le 8 mai. Aucune preuve d'achat n'est requise.

Loblaws se réserve toutefois le droit de limiter le nombre de cartes émises dans le cadre du programme, qui lui coûtera jusqu'à 150 millions de dollars, selon ses estimations.

La carte-cadeau ne peut être utilisée que pour acheter des produits alimentaires.

Une offre dérisoire

« Une carte-cadeau de 25 $ - quand il y a eu des années de collusion - pour une famille de quatre enfants qui va à l’épicerie chaque semaine et qui achète du pain, c’est très très peu », déplore le professeur de marketing alimentaire à l'École de gestion John Molson de l’Université Concordia, Jordan LeBel.

Selon lui, ces cartes-cadeaux ne sont qu’une tentative « de regagner la confiance et la fidélité des consommateurs ».

Une opération marketing

Le professeur en politique alimentaire à l'Université Dalhousie, Sylvain Charlebois, est du même avis. Il croit que le dédommagement offert par Loblaw n’est qu’une « question de relations publiques pour attirer une plus grande clientèle ».

« Ils vont vous donner 25 $, mais la condition, c’est qu’il faut venir le redonner à Loblaw » en dépensant dans ses magasins, dénonce pour sa part l’avocat en actions collectives, Joey Zukran.

« Ça va devenir quelque chose de profitable pour Loblaw, car les gens qui vont entrer avec 25 $ et vont dépenser beaucoup plus », ajoute-t-il.

25 $ déduits d’une éventuelle compensation

Joey Zukran, de la firme LPC Avocat inc., a donc déposé une demande en action collective d'un milliard de dollars contre la compagnie au mois de novembre. D’autres recours collectifs ont aussi été lancés ailleurs au pays. Aucun n’a encore été autorisé par les tribunaux.

À ce sujet, Loblaw indique clairement sur son site Internet que la participation au programme de cartes-cadeaux « n’aura aucune incidence sur le droit des clients de prendre part à une action collective ou de recevoir toute indemnité supplémentaire que le tribunal pourrait accorder ».

Par contre, les petits caractères au bas du formulaire d'inscription avisent que si vous vous inscrivez, 25 $ seront déduits « de toute indemnité que vous pourriez avoir le droit de recevoir en vertu d'un jugement rendu contre Loblaw dans une action collective ».

Ce qui inquiète l’avocat Zukran, car « le problème avec tout ça, c’est qu’on ne déduit pas 25 $ en argent, on déduit 25$  en coupon. Ce qui vaut probablement 6 ou 7 $ pour Loblaw ».

Protection de la vie privée

Une autre question inquiète également les consommateurs, celle de la protection de leur vie privée. Car en remplissant le formulaire pour obtenir la carte de 25 $, les clients doivent donner plusieurs informations personnelles comme leur nom, leur adresse et leur date de naissance.

Bien que de telles données constituent une mine d'or pour les détaillants, Loblaw affirme dans l’entente qu'elle ne les utilisera pas à des fins de marketing « sauf si nous avons déjà obtenu votre consentement ».

Plus d'articles