Retour

Cascadeur, métier de tous les dangers

Mission Impossible 5 – La nation rogue" />

La machine Mission : Impossible - La nation Rogue n'a pas encore décollé que déjà la cascade de Tom Cruise, qui s'accroche à un avion, est venue rejoindre les grands classiques du genre.

Une cascade que l'acteur a réalisée lui-même, sans doublure, en étant accroché - avec un câble - à un réel avion qui décolle.

Voir la mise en scène de cette cascade (en anglais) :

Pour voir la vidéo sur votre appareil mobile

Ce n'est pas d'hier que les acteurs casse-cou fascinent. Dès le cinéma muet, les cascadeurs flirtant dangereusement avec la mort multipliaient les acrobaties, au grand plaisir des cinéphiles de l'époque.

Aujourd'hui, il y a même des écoles de cascades, comme Stunt Stage, à Saint-Lambert, où les jeunes ont envie de réussir les cascades les plus périlleuses, comme celle de se transformer en torche humaine.

« Quand on entend le réalisateur dire "Trois, deux, un, action" et, là, il faut le faire - il faut sauter, il faut déraper -, c'est un frisson immense et c'est ce qui nourrit tous les cascadeurs », explique Marie-Laurence Paquin, cascadeuse.

Des spécialistes entraînés

Dans ce monde de la cascade, il y a bien sûr des spécialistes de l'automobile qui fonce à toute allure et se faufile. Que serait James Bond sans sa célèbre Aston Martin? Un métier qu'on n'improvise pas.

La cascadeuse québécoise Marie-Laurence Paquin, qui passe des heures à s'entraîner sur une piste à Mirabel, conduit justement une voiture à folle allure dans la série canadienne Republic of Doyle.

« J'ai déjà doublé des filles plus grandes, mais lorsqu'il s'agit de cascades physiques, il faut que ce soitla même chose : la perruque et exactement les mêmes vêtements. »

On ne compte toutefois qu'une vingtaine de cascadeurs professionnels au Québec, un métier dont les hauts et les bas sont dictés par les productions hollywoodiennes.

« C'est sûr qu'on est toujours à la merci du marché américain, poursuit-elle. Si les productions viennent à Montréal ou non. En ce moment, notre dollar est plus faible que le dollar américain, ça, c'est bon pour nous. Toutefois, il ne faut pas se le cacher, les Américains ont de plus gros budgets et des cascades plus impressionnantes. »

Avec les informations d'Émilie Dubreuil

Plus d'articles

Commentaires