Retour

CBC mettra fin aux commentaires anonymes sur son site web

Le réseau CBC a annoncé jeudi qu'il mettra fin aux commentaires anonymes sur son site web partout au pays, à la suite de plaintes de francophones du Nouveau-Brunswick.

La direction régionale de CBC en Atlantique et la direction des services juridiques de CBC/Radio-Canada ont annoncé leur intention à des représentants de la communauté acadienne du Nouveau-Brunswick.  

« C'est sûr que c'est un processus qui va être implanté graduellement, alors il faut d'abord informer nos usagers de ce changement-là, il faut au niveau technologique changer les façons de faire, donc ça va se faire graduellement », a déclaré la vice-présidente aux services juridiques de CBC/Radio-Canada, Sylvie Gadoury.

Mme Gadoury a déclaré que la fin des commentaires sous le couvert de l'anonymat ne réglerait pas tous les problèmes en ce qui a trait aux commentaires haineux.

Toutefois, elle soutient qu'il s'agit d'une mesure favorisant la transparence dans les échanges sur le web. CBC/Radio-Canada a mis en place en janvier un comité qui doit se pencher sur les différentes plateformes du radiodiffuseur public et la question des commentaires anonymes serait l'un des points abordés, selon Mme Gadoury.

Le juriste Michel Doucet, qui est l'instigateur du mouvement contre les propos haineux sur cbc.ca, et des représentants du réseau CBC se réunissaient jeudi après-midi pour discuter des propos francophobes publiés par des internautes sur la section néo-brunswickoise du site cbc.ca.

La réunion avait lieu dans un hôtel à Moncton et a duré un peu plus d'une heure. La chef des émissions de CBC au Nouveau-Brunswick, Mary-Pat Schutta, la directrice principale de CBC en Atlantique, Denise Wilson, et la vice-présidente des services juridiques, Sylvie Gadoury, sont présentes. Le directeur d'ICI Acadie, Richard Simoens, était présent aussi, mais uniquement à titre d'observateur.

Une première étape

À la sortie de la réunion, Me Doucet s'est dit satisfait de cette mesure, mais a déclaré du même souffle que la bataille n'était pas finie.

« On va continuer à suivre ce que CBC va faire, il y a déjà la première étape qui sera annoncée ce soir sur leur site web. Donc, on nous a dit que d'autres démarches allaient venir également pour assurer la qualité donc on va suivre cela très étroitement », a déclaré Me Doucet.

Me Doucet affirme qu'il s'agit d'un pas dans la bonne direction, mais qu'il faudrait également que CBC ne laisse pas passer des messages haineux sur son site web.

Lors de cette rencontre, Me Doucet était accompagné de l'ex-ministre de la Justice et ombudsman du Nouveau-Brunswick, Bernard Richard, et du président de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick, Roger Doiron. 

Des appuis multiples

Cette semaine, 173 personnalités québécoises, dont l'ex-chef du Bloc québécois Gilles Duceppe, ont signé une lettre d'appui aux francophones du Nouveau-Brunswick.

« Pour moi, en tout cas, ce n'est rien de nouveau. On a continuellement défendu les droits des Acadiens et des Franco-Canadiens à la Chambre des communes, tant et si bien qu'on a déjà reconnu au niveau de la fédération des francophones et Acadiens du Canada que le Bloc avait le mieux défendu le dossier à la Chambre des communes. C'est un devoir de s'allier aux francophones, premièrement du Canada, et même on a travaillé avec des francophones de la Louisiane », explique Gilles Duceppe.

L'une des instigatrices de la lettre, Marianne Mathis, a agi par solidarité avec l'Acadie. « On est souvent centré sur ce qui se passe ici au Québec. Là, quand j'ai vu ce qui se passait au Nouveau-Brunswick, je me suis dit que c'est le temps qu'on montre notre solidarité. C'est d'abord vraiment une initiative citoyenne, mais on est allé chercher des appuis de personnalités publiques parce qu'on sait que ces combats tiennent à coeur aussi de ces personnes-là qui s'impliquent au niveau du Québec à la défense de la langue française », explique Mme Mathis.

La semaine dernière, Michel Doucet a présenté à la direction des services numériques de CBC une lettre demandant qu'elle cesse de tolérer des propos haineux à l'égard des francophones. La lettre portait la signature de plus d'une centaine de Néo-Brunswickois.

« La diffusion de commentaires haineux et irrespectueux envers les francophones sur le site Internet de CBC New Brunswick a pour effet de semer la discorde entre les deux groupes de langues officielles », a écrit Me Doucet.

Le réseau CBC a confirmé avoir reçu la lettre de Me Doucet et a expliqué dans les derniers jours qu'il allait faire preuve de plus de rigueur dans ce dossier.

« Trouver le bon équilibre entre la liberté d'expression et le droit de débattre de manière respectueuse sur un site qui reçoit plus d'un million de commentaires chaque mois représente un défi de taille », a déclaré le premier directeur des nouvelles numériques à CBC, Brodie Fenlon.

Avec les informations de Julie-Anne Lapointe

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine