Retour

Cellulaire au volant : CAA-Québec réclame des sanctions plus sévères aux récidivistes

CAA-Québec demande au gouvernement Couillard de hausser le nombre de points d'inaptitude qui sont imposés aux conducteurs récidivistes du cellulaire au volant.

De passage en commission parlementaire dans le cadre de la refonte du Code de la sécurité routière prévue par Québec, l’organisme a suggéré que le nombre de points d’inaptitude imposés aux conducteurs récalcitrants passe de quatre à six dès la deuxième infraction.

CAA-Québec souligne notamment qu'une telle mesure pourrait entraîner la suspension du permis de conduire à partir de la troisième offense en deux ans.

« Mettre l'accent sur les points d'inaptitude, c'est cibler directement le privilège de conduire. Nous estimons qu'une telle mesure favoriserait une plus grande réflexion qu'une hausse considérable de l'amende », fait valoir la vice-présidente communications et affaires publiques chez CAA-Québec, Sophie Gagnon.

CAA-Québec veut également discuter avec le gouvernement fédéral de la possibilité de rendre criminel l'usage du cellulaire au volant dans les cas où son utilisation entraîne un décès ou des blessures graves.

« Actuellement, on peut essayer de poursuivre au criminel, mais le fardeau de la preuve est très difficile à obtenir donc ce qu’on voudrait, c’est une disposition spécifique », soutient la porte-parole de CAA-Québec, Annie Gauthier.

Mme Gagnon répète pour sa part que des mesures coercitives sont parfois nécessaires pour changer les comportements des automobilistes.

« Le jour où l'on a déclaré que l'alcool au volant, c'est criminel, on a commencé à voir des améliorations », fait-elle valoir.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine