Retour

Centres jeunesse : les changements à la loi ont fait exploser le nombre de fugues

C'est cette semaine que la ministre Lucie Charlebois rendra public le rapport du vérificateur nommé par Québec pour faire la lumière sur la série de fugues survenue au Centre jeunesse de Laval le mois dernier. Des données obtenues par Radio-Canada montrent que le nombre de jeunes ayant quitté les établissements sans permission a explosé après le déverrouillage des portes d'entrée des centres jeunesse, en 2007.

Un texte d'Olivier BachandTwitterCourriel

Il y a près de 10 ans, la Loi sur la protection de la jeunesse a été modifiée pour permettre aux jeunes qui y vivent de jouir de la plus grande liberté possible.

C'est à partir de ce moment qu'on a cessé de verrouiller les portes d'entrée des centres jeunesse et limité le nombre d'unités sécurisées. Le nombre de fugues a immédiatement bondi.

En 2006, soit la dernière année avant les changements législatifs, on dénombrait 2369 fugues des centres jeunesse du Québec. En 2008, soit la première année qui a suivi les modifications, ce nombre a grimpé à 3371. Une augmentation de 42 %.

Des conséquences importantes à Laval

Ces changements à la loi ont eu un grand impact au Centre jeunesse de Laval, qui s'est retrouvé sous les projecteurs en février après une série de fugues d'adolescentes. Certaines d'entre elles avaient vraisemblablement quitté l'établissement pour aller rejoindre un réseau de prostitution juvénile.

Selon le président du syndicat des employés de l'établissement, Pierre Crevier, la vaste majorité des jeunes qui étaient en « encadrement intensif » en 2007 se sont retrouvés en « encadrement régulier » du jour au lendemain, parce que les critères pour admettre un jeune dans un milieu plus restrictif ont été resserrés.

Les jeunes en « encadrement intensif » se trouvent dans des unités où un intervenant est présent 24 heures sur 24 et où la porte est verrouillée, alors que ce n'est pas le cas pour les autres. Le nombre de fugues a alors augmenté.

« Pour éviter d'avoir des jeunes isolés, on a été obligés de débarrer les portes. À partir du moment où les portes ont été débarrées partout, nos jeunes avaient libre circulation, ou du moins une plus libre circulation à l'intérieur de l'établissement », explique Pierre Crevier.

À la suite des modifications législatives, les portes principales des centres jeunesse ont également été déverrouillées. Mais depuis les fugues de février, celles de l'établissement lavallois sont verrouillées de nouveau.

Selon la police, 127 jeunes filles ont fui le Centre jeunesse de Laval l'an dernier, et plus du quart d'entre elles auraient été victimes d'exploitation sexuelle pendant leur escapade.

Le PQ veut modifier la loi, Québec veut réfléchir 

Pour le Parti québécois, les données obtenues par Radio-Canada constituent un argument supplémentaire pour que la Loi sur la protection de la jeunesse soit de nouveau modifiée.

« Il est clair qu'il faut retrouver un nouvel équilibre et que les fugueuses à risque doivent être correctement encadrées. Ça peut vouloir dire une limitation de leur liberté de mouvement », soutient le porte-parole péquiste en matière de Protection de la jeunesse, Jean-François Lisée, pour qui il y a eu « exagération dans l'ouverture des portes ».

Pour le moment, la ministre déléguée à la Protection de la jeunesse, Lucie Charlebois, ne veut pas promettre de changements législatifs.

La ministre a par ailleurs confirmé qu'elle aura entre les mains la version finale du rapport commandé par le gouvernement sur les fugues au centre jeunesse de Laval d'ici la fin de la journée lundi.

« Si je peux me permettre de vous rassurer, je vais vous donner un morceau du rapport qui dit que le Centre jeunesse de Laval a bien fait son travail », a-t-elle déclaré, ajoutant que le document sera rendu public au cours des prochains jours.

Des milliers de fugues tous les ans

La façon de comptabiliser les fugues a été modifiée à l'échelle de la province à compter de 2012. Depuis ce temps, les centres jeunesse considèrent qu'un jeune a fugué après une heure d'absence seulement et doivent remplir un rapport, ce qui n'était pas le cas auparavant.

En raison de ce changement, le nombre de fugues a grimpé et atteint 6420 en 2012-2013. En 2014-2015, 6497 fugues ont été recensées.

La majorité des fugues durent moins de trois jours et seule une sur cinq s'étend au-delà de 72 heures. Il est aussi important de souligner que ce sont souvent les mêmes jeunes qui décident de quitter les centres jeunesse sans permission et qu'ils ont donc plusieurs fugues à leur actif.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine