Retour

Certains évacués de Fort McMurray pourront revenir chez eux dès le 1er juin

Les évacués de Fort McMurray pourront commencer à revenir chez eux à compter du 1er juin si cinq conditions sont remplies, a déclaré mercredi après-midi la première ministre de l'Alberta.

Les cinq conditions sont que le feu ne menace plus la ville, que les infrastructures essentielles, comme l'hôpital, soient réparées et puissent offrir un service de base, que les services d'urgence, comme les pompiers, la police et le 911 soient remis en service, que les zones dangereuses soient sécurisées et que le gouvernement local soit rétabli.

La première ministre Rachel Notley a aussi annoncé que les écoles de Fort McMurray ne seront pas rouvertes avant septembre et que tous les étudiants seront promus à l'année suivante.

« Il reste de nombreux dangers à Fort McMurray. Nous devons nous assurer que tout est sécuritaire avant de pouvoir assurer le retour sécuritaire des résidents », a lancé la première ministre.

Les évacués pourront retourner dans les quartiers les moins touchés d'abord et ensuite dans ceux ayant subi davantage de dégâts.

Rachel Notley a souligné qu'entre autres les personnes souffrant de problèmes respiratoires, les femmes enceintes et les personnes qui souffrent de cancer devraient attendre plus longtemps avant de revenir s'installer à Fort McMurray. 

Troisième semaine d'incertitude

Les sinistrés amorcent une troisième semaine loin de chez eux après avoir dû quitter leurs foyers le 3 mai à cause d'un immense brasier. 

L'annonce d'un éventuel retour a un peu surpris Angelina Gionet, la directrice de l'Association canadienne-française de l'Alberta (ACFA) de Wood Buffalo.

Elle ajoute être toutefois émue à l'idée de retrouver sa maison, même si elle estime qu'une longue période de deuil débute. « Mais je vais le faire [le deuil], et je ne suis pas la seule. Une chose que je sais, une chose qui me ramène toujours au bon endroit, c'est que tous les parents ont leurs enfants avec eux et ça, c'est un miracle », dit-elle.

Le chef du Wildrose, le parti d'opposition officiel, Brian Jean, n'a pas caché son émotion lors de l'annonce de Rachel Notley. « Je sais que chaque matin, je reçois des messages de ma famille, mes amis et mes voisins. Ils sont fatigués, stressés, et attendent d'entendre ces nouvelles », a-t-il déclaré.

La qualité de l'air, un danger pour la santé

L'indice de la qualité de l'air était de 58 à 8 h ce matin et de 11 à 16 h. Un indice au-dessus de 10 pose un danger pour la santé.

Entre-temps, le feu de Fort McMurray poursuit sa progression. Mercredi matin, il avait atteint 422 898 hectares, soit 4228 kilomètres carrés alors que mardi, il s'étendait sur 355 000 hectares. Le feu a donc grossi de 57 000 hectares au cours de 24 heures. « [Nous faisons face à des] conditions de feu extrêmes. Le feu a vraiment brûlé intensément, porté par le vent », a indiqué Travis Fairweather, un agent d'information pour les feux dans la province.

Vers 14 h, mardi, le feu était à 5 kilomètres de la frontière saskatchewanaise, a affirmé la directrice des communications du gouvernement de cette province, Kathy Young. 

Environnement Canada prévoit encore du temps chaud et ensoleillé mercredi, avec des vents venant de l'ouest en après-midi. De la pluie est attendue jeudi et vendredi, ce qui pourrait offrir un léger répit aux équipes sur le terrain.

Explosions et destruction

Mardi, la première ministre de l'Alberta a annoncé qu'une explosion avait eu lieu dans la communauté de Fort McMurray, endommageant 10 maisons, et qu'un camp de travailleurs avait aussi brûlé.

Les autorités ont alors aussi confirmé que le feu a détruit le camp de travailleur Blacksand Executive Lodge d'Horizon North, situé à 35 km au nord de Fort McMurray. Ce camp de travailleurs comptait 665 chambres. 

Feu de forêt à Fort McMurray

Remettre la ville en état

Les équipes s'affairent toujours sur le terrain à remettre la ville en état. Mardi, la province a annoncé que l'électricité avait été rétablie dans la majeure partie de Fort McMurray épargnée par les flammes et que le gaz avait été rétabli dans 60 % de la communauté. Le travail sur place est compliqué par une épaisse fumée qui rend la qualité de l'air mauvaise.

Environ 2400 bâtiments ont été détruits par les flammes à Fort McMurray, mais l'essentiel des infrastructures a été épargné, dont l'hôpital, l'usine de traitement des eaux et l'aéroport.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine