Retour

Cet agriculteur élimine les pesticides grâce à une solution surprenante

Ne plus utiliser d'insecticide, mais produire tout autant de légumes et sans payer plus cher. Une utopie? Pas pour Jean-Bernard Van Winden et une quinzaine d'autres producteurs maraîchers de la Montérégie. Pour y arriver, ils utilisent des mouches. Des mouches... roses.

Un texte de Thomas Gerbet

Dans un petit sac en papier se cache l'armée biologique de Jean-Bernard Van Winden : 5000 mouches roses. Elles sont relâchées dans son champ d'oignons dans l'espoir qu'elles s'accouplent avec les ennemies du producteur maraîcher : les mouches de l'oignon, des ravageuses dont les larves détruisent les bulbes.

Les mouches roses ont été préalablement irradiées pour devenir stériles. Les accouplements donneront des oeufs vides, ce qui, à terme, entraînera la destruction de la population de ravageurs. Si elles sont colorées en rose, c'est pour mieux les compter par la suite et évaluer la réussite de l'opération.

« La technique fonctionne, se réjouit l'agriculteur. Je suis certain de ne pas avoir plus de 2 % de pertes à la récolte. Avec cette garantie, on favorise moins de pesticides dans la nature. »

Résultats notables pour la santé et l'environnement

En temps normal, pour lutter contre la mouche de l'oignon, les producteurs utilisent l'insecticide Lorsban, qui contient un ingrédient actif très néfaste : le chlorpyrifos. Ce dernier a été reconnu par le gouvernement du Québec comme le quatrième pesticide qui présente le plus de risques pour l'environnement. Son utilisation sera d'ailleurs encadrée, tout comme celle des pesticides « tueurs d'abeilles ».

Dans un rapport remis au ministère de l'Agriculture en février, on apprend que, de 2015 à 2017, les indicateurs de risques pour la santé et l’environnement liés à l’utilisation du chlorpyrifos pour l’ensemble des producteurs ayant eu recours aux mouches ont diminué respectivement de 45 % et 75 %. Dans la seule année 2017, cela a évité l'utilisation de plus de neuf tonnes du produit chimique.

En 2015, une enquête de Radio-Canada révélait une forte concentration de ce produit dans les cours d'eau agricoles. Un ruisseau de la région d'Oka dépassait de 1650 fois les critères de qualité pour la protection de la vie aquatique.

Comme 90 % des oignons du Québec sont produits dans la MRC des Jardins-de-Napierville, dans l'ouest de la Montérégie, les cours d'eau du secteur étaient pollués eux aussi. Mais la situation s'est améliorée, grâce aux mouches roses.

Selon les analyses menées par le ministère de l'Environnement du Québec, la concentration maximale de chlorpyrifos détectée dans le ruisseau Gibeault-Delisle est passée de 2,2 microgrammes par litre, en 2006, à 0,05 microgramme, en 2014.

« On est très fiers », dit Anne-Marie Fortier, la coordonnatrice de l'entreprise Phytodata, qui produit les mouches. Déjà, des agriculteurs de Lanaudière ont commencé à utiliser les mouches roses et un premier essai sera réalisé en Ontario cette année.

« C’est aussi l'environnement des agriculteurs et celui de leurs enfants qui est contaminé par les pesticides, car ils vivent tous sur ou à proximité de leur ferme », rappelle-t-elle.

L'usine de mouches de Saint-Édouard, qui en produit déjà 20 millions par année, ne suffit plus. Il faudra en construire une nouvelle sous peu.

Impossible sans le financement du Québec

L'agriculteur Jean-Bernard Van Winden dépense 10 000 $ en mouches par année. S'il utilisait l'insecticide, il lui en coûterait deux fois moins cher, soit 5000 $. Mais c'est sans compter la subvention de 70 % accordée aux utilisateurs des mouches roses par le ministère de l'Agriculture du Québec (MAPAQ). Résultat : le producteur maraîcher parvient même à réaliser des économies tout en protégeant l'environnement.

Le MAPAQ a fait savoir la semaine dernière qu'il poursuivrait son financement.

M. Van Winden espère que davantage d'efforts financiers seront investis dans la recherche pour trouver d'autres solutions comme celle-là. Aujourd'hui encore, il est contraint d'employer d'autres pesticides dans ses champs pour lutter contre différents ravageurs.

Comme lui, Anne-Marie Fortier pense qu'il est possible de trouver des solutions biologiques pour remplacer tous les pesticides, si on s'en donne les moyens.

Elle cite l’agronome Luc Brodeur, à l’origine du projet des mouches stériles : « Il est possible de réduire l’utilisation des pesticides au Québec, dit-elle, en remplaçant un dollar de matière active toxique par un dollar de matière grise active. »

Plus d'articles