Retour

Chats liquides et didgeridoos thérapeutiques : les Ig Nobel, l’absurde derrière la découverte

On connaît les prix Nobel, par lesquels on honore ceux et celles qui ont contribué de façon exceptionnelle à leur domaine de recherche. À l'opposé, on retrouve les Ig Nobel, qui visent à récompenser les travaux souvent saugrenus de chercheurs qui nous font rire... mais aussi réfléchir.

Un texte de Renaud Manuguerra-Gagné

Le 14 septembre dernier a eu lieu la 27e cérémonie annuelle des Ig Nobel. Ces prix existent depuis 1991 et suivent le même principe que les véritables prix Nobel, avec une récompense par catégorie de recherche, allant de la physique à la médecine, en passant par l’économie. On décerne même un prix Ig Nobel de la paix. Et comme les Nobel, ces prix s'accompagnent d'une récompense monétaire : 10 trillions de dollars zimbabwéens, une devise qui a cessé d’exister en 2016.

Organisée par le magazine Annals of Improbable Research et commanditée par l’Université Harvard, cette cérémonie récompense des chercheurs ayant publié de véritables études dans des revues scientifiques, mais dont les méthodes peuvent paraître… non conventionnelles. En parcourant la liste des gagnants, on peut se demander ce qui a bien pu passer par la tête de ces scientifiques pour qu'ils se lancent dans des expériences aussi saugrenues.

Toutefois, pour les organisateurs, ces récompenses sont un moyen de donner une meilleure image du quotidien étrange qui sert de cadre à beaucoup de découvertes, même les plus importantes. Dans tous les cas, ces prix montrent aussi que les membres de la communauté scientifique doivent souvent être créatifs pour régler des problèmes très sérieux.

Les chats, ces êtres mi-liquides, mi-solides

Le prix de physique a été remis à un chercheur français qui a voulu répondre à la question suivante : les chats sont-ils des solides ou des liquides? Ses travaux ont été publiés en 2014 dans la revue Rheology Bulletin.

Il y a une logique derrière cette étonnante question. Par définition, un liquide est un état de la matière qui peut prendre la forme du contenant dans lequel il se trouve.

Or, comme l’ont démontré des milliers de vidéos sur YouTube, les chats peuvent se glisser n’importe où et vont remplir tous les espaces d’un vase, d’un évier ou d’une boîte. Ils prennent la forme du contenant dans lequel ils se trouvent, comme le fait un liquide.

Le chercheur a utilisé les principes de la rhéologie, une science qui s'intéresse à la déformation de la matière, pour calculer les propriétés liquides des chats, comme le temps requis pour qu’ils adoptent la forme du contenant où ils se trouvent.

Toutefois, lorsqu’on met un chat dans l’eau, il ne va pas s’y mélanger. Au contraire, il tentera de fuir le plus rapidement possible et se comportera comme un solide. Selon les circonstances, un chat pourrait donc agir comme un liquide… ou un solide!

Plus important encore, cette étude lui a permis de souligner la difficulté en science de travailler avec des définitions souvent intransigeantes qui, si on les applique au pied de la lettre, peuvent mener à des conclusions absurdes, comme le fait qu’un chat soit semi-liquide.

Combattre l’apnée du sommeil avec le didgeridoo

Pour le prix Ig Nobel de la paix, les organisateurs ont récompensé des chercheurs ayant aidé certains couples dont le repos était menacé par l’apnée du sommeil, une situation où les voies respiratoires s’affaissent au cours de la nuit, entraînant de forts ronflements susceptibles de réveiller les personnes atteintes, jusqu'à plusieurs fois par nuit, et de mener à l’épuisement.

Les chercheurs ont émis l’hypothèse que renforcer les muscles respiratoires des personnes atteintes pourrait empêcher ce phénomène. Pour ce faire, ils proposent de jouer… du didgeridoo, un instrument à vent traditionnel des Aborigènes australiens.

Jouer correctement du didgeridoo, instrument pouvant mesurer plusieurs mètres de long, nécessite de très bons muscles respiratoires. Leurs travaux, parus dans la revue The BMJ en 2005 , montrent que jouer de cet instrument aide à réduire les symptômes de la maladie. Les chercheurs ne spécifient toutefois pas quelle était la réaction du partenaire de vie du patient devant l’apparition de ce phénomène musical dans son quotidien.

Les crocodiles incitent à parier

Finalement, il y a le prix d’économie. Des chercheurs ont étudié l’influence de la hausse d’adrénaline dans la prise de risque chez les joueurs compulsifs, travaux qui ont été publiés dans le Journal of Gambling Studies en 2010.

Ce qui leur a valu le prix, c’est la manière d’inciter les gens à prendre un risque. Ils ont fait tenir aux participants un crocodile d’un mètre, tout juste avant de les faire jouer à une machine à sous. Les chercheurs, dont les travaux se sont déroulés sur une ferme de crocodiles en Australie, ont aussi demandé aux participants de remplir un formulaire décrivant leur humeur avant le début de l’expérience.

Les personnes qui se disaient de bonne humeur et qui ont été en contact avec les crocodiles ont fait, une fois qu’on les a installées devant une machine à sous, des paris beaucoup plus risqués que celles qui n’avaient pas touché aux crocodiles ou encore celles qui affirmaient être de mauvaise humeur. Les chercheurs se sont servis de cette démonstration pour illustrer comment les émotions influencent le comportement dans le contexte de jeux d'argent.

Les lauréats sont…

La liste des gagnants inclut également les lauréats d'autres prix : le prix d’anatomie, attribué à des chercheurs ayant expliqué pourquoi les oreilles allongent en vieillissant; le prix de médecine, décerné à des chercheurs qui ont analysé par balayage le cerveau pour comprendre pourquoi certaines personnes détestent le fromage; et le prix de nutrition, remis à des zoologistes qui ont étudié le ratio de sang humain dans la diète d’une espèce de chauve-souris vampire.

Le prix d’obstétrique a été remis à une équipe qui a démontré que le fœtus répondait davantage à de la musique diffusée par un haut-parleur vaginal qu’à celle émise par un haut-parleur apposé sur le ventre de la mère. Finalement, le prix de la cognition est allé à des psychologues qui ont montré que des jumeaux identiques ne sont pas plus capables de se départager mutuellement sur des photos que ne le seraient des étrangers.

Tous les gagnants se sont prêtés au jeu et ont accepté les prix dans la bonne humeur. Selon le lauréat du Ig Nobel de physique : « C’est peut-être cool de refuser un prix Nobel, mais refuser un Ig Nobel, ça ne se fait tout simplement pas ».

La cérémonie des prix Ig Nobel (en anglais) :

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine