Retour

Christine St-Pierre se souvient du 11 septembre 2001

La ministre québécoise des Relations internationales, Christine St-Pierre, a vécu de près les attentats du 11 septembre 2001 : elle venait à peine d'entrer en fonction comme correspondante de Radio-Canada à Washington lorsque les quatre attaques terroristes, dont celle du Pentagone, sont survenues.

« Comme tout le monde, on a d'abord cru que c'était un accident. Et là, quand le deuxième avion est arrivé, on a compris que c'était un acte terroriste », a-t-elle relaté dimanche matin sur les ondes d'ICI RDI.

Mme St-Pierre se souvient des instants qui ont suivi l'attaque, alors que les gens commençaient à peine à comprendre l'ampleur des événements.

« On sentait que le monde venait de changer, que la plus forte puissance au monde venait d'être attaquée, que des avions étaient transformés en missiles, qu'on s'était attaqué au pouvoir financier, à New York, au pouvoir militaire et qu'on voulait aussi frapper le pouvoir politique », a-t-elle raconté.

L'ex-journaliste admet qu'au début la confusion rendait la situation difficile à décrire pour les journalistes. 

« Les premières heures étaient assez difficiles, se rappelle-t-elle. Les rumeurs circulaient : voitures piégées, attaques chimiques, [...] on n'avait pas les médias sociaux à l'époque; je n'ose pas imaginer toutes les rumeurs qui auraient circulé si on les avait eus. On essayait de donner les informations factuelles, les plus justes possible. »

Mme St-Pierre se rappelle l'état de panique généralisé qui régnait dans les bureaux de Radio-Canada à Washington, mais aussi dans les rues de la capitale, où le bruit des sirènes se faisait continuellement entendre.

« Les militaires arrivaient dans les rues de Washington [...] et les images de New York qui nous arrivaient... Les gens qui se jetaient en bas du World Trade Center... C'était absolument terrible », explique-t-elle.

L'ex-journaliste affirme qu'il s'agit de l'événement le plus important qu'elle ait vécu. « Je ne pense pas pouvoir oublier cette journée-là. Je me souviens de tous les détails », jure-t-elle.

Le 11 septembre 2001, 15 ans plus tard

Si, pour Mme St-Pierre, le 11 Septembre a marqué un tournant dans l'histoire du terrorisme moderne, elle affirme que ce genre d'attaque entre dans une nouvelle phase depuis quelques années. Elle cite notamment le phénomène de radicalisation menant à la violence et le recrutement sur Internet.

« Le défi est énorme, constate-t-elle. Maintenant, ce sont des groupes qui sont ensemble qui vont attaquer avec une préparation minimale. »

Elle rappelle que la ville de Québec sera l'hôte, à la fin du mois de septembre, d'une conférence sur la radicalisation menant à la violence organisée par l'UNESCO.

Pour la ministre, l'heure est à la « prévention » et à « l'intervention » pour contrer ce nouveau virage dans l'usage de la violence à des fins politiques et idéologiques.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine