Retour

Cinq enfants tués lors d'une collision entre un train et un autobus en France

Le bilan de la collision survenue jeudi après-midi entre un train et un autobus scolaire dans le sud-ouest de la France s'alourdit avec la confirmation du décès aujourd'hui d'un cinquième enfant, celui-ci des suites de ses blessures. L'accident avait déjà fait quatre morts hier.

L'identification des victimes est maintenant terminée et les familles concernées ont été averties, disent les autorités.

L’accident s’est produit jeudi au passage à niveau sur l’axe Perpignan-Villefranche de Conflent, près de Millas.

Une vingtaine d’adolescents d’un collège de la région, âgés entre 11 et 17 ans, se trouvaient à bord de l’autobus scolaire, tandis que des dizaines de personnes se trouvaient à l’intérieur du TER (Transport express régional).

« Le bus a été très gravement percuté, il est très gravement accidenté », indiquait le procureur de la République de Perpignan Jean-Jacques Fagni.

Outre les personnes tuées, 15 personnes ont été blessées dans la collision.

Les pinces de désincarcération ont été nécessaires et la prise en charge « a été réalisée dans des conditions difficiles avec l’obscurité tombante », a expliqué le préfet des Pyrénées-Orientales, Philippe Vignes.

Des photos diffusées par une station de télévision locale montrent le train sorti de ses rails et l'autobus sectionné en deux.

Pour le moment, les autorités poursuivent leur enquête et n’ont pas voulu présenter d’hypothèse entourant les circonstances de l’accident.

Selon le père d’un élève qui se base sur une photo prise par son fils, la barrière de sécurité était relevée sur la voie, une information que réfute la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), affirmant que des témoins ont mentionné que le passage à niveau fonctionnait normalement.

La SNCF préfère cependant attendre les résultats de l’enquête.

De nombreux messages de sympathie ont été diffusés sur les médias sociaux à l’annonce de cet accident, dont celui du président français Emmanuel Macron.

Plus d'articles

Commentaires