Retour

Cinq morts et une personne disparue dans un naufrage en Colombie-Britannique

Cinq personnes ont perdu la vie après qu'un bateau d'observation des baleines qui transportait 27 personnes a coulé dimanche soir,  à 12 kilomètres au nord-ouest du port de Tofino, au large de l'île de Vancouver, en Colombie-Britannique.

Le bureau du coroner de la Colombie-Britannique a également confirmé que 18 personnes ont été hospitalisées et qu'une personne manque toujours à l'appel. Les recherches sont toutefois suspendues et l'enquête a été confiée à la Gendarmerie royale du Canada

Le Centre conjoint de coordination de sauvetage de Victoria confirme qu'il s'agit du bateau Leviathan II, de l'entreprise Jamie's Whaling Station and Adventure Centres, qui offre des croisières d'observation des baleines sur la côte ouest de l'île de Vancouver. Lorsque CBC l'a contactée dimanche soir, l'entreprise a déclaré qu'elle mettait tous ses efforts afin d'aider les passagers et l'équipage.

Le Centre conjoint de coordination de sauvetage a indiqué que le bateau avait lancé un appel de détresse peu avant 16 h, heure locale, près de Tofino.

Dix-huit des 21 rescapés ont été transportés à l'hôpital. L'Hôpital général de Tofino ne dispose toutefois que de 10 lits de soins de courte durée et de cinq civières d'urgence. Plusieurs patients ont donc dû être transportés vers des hôpitaux à l'extérieur de Tofino.

L'entreprise Jamie's Whaling Station & Adventure Centres a offert ses condoléances aux victimes sur sa page Facebook. « Notre équipe est ébranlée par cet incident et nos pensées vont aux familles, aux amis et aux proches des personnes concernées. Nous ferons tout en notre pouvoir pour aider les passagers et le personnel à travers ces temps difficiles », a écrit le propriétaire, Jamie Bray. Il a ajouté que l'entreprise coopère avec les enquêteurs afin de déterminer ce qui a pu se produire.

Une vaste opération de sauvetage

Les recherches pour retrouver les personnes portées disparues ont été menées entre autres grâce aux navires de la Garde côtière et à des appareils aériens, dont un hélicoptère, tous munis d'équipements pour faire des recherches dans l'obscurité.

La mairesse de Tofino, Josie Osborne, a indiqué que plusieurs résidents ont ouvert leur maison à ceux qui en ont besoin, et que de l'aide psychologique est offerte.

Le chef de la Première Nation Ahousaht, Greg Louie, a mentionné qu'une trentaine de membres de sa réserve et sept bateaux sont venus en aide aux secouristes.

Brandon Hilbert, de la société Tofino Water Taxi, a indiqué que des entreprises locales ont également prêté main-forte aux efforts de sauvetage.

Le capitaine du service d'incendie local et propriétaire de l'entreprise de tours guidés Tofino Whale Centre, John Forde, raconte qu'il effectuait une excursion avec des clients lorsqu'il a entendu parler du naufrage. Il dit s'être dirigé vers les lieux de l'accident, où il a vu le bateau presque entièrement submergé. « Il était très près des rochers et on pouvait voir une partie du bateau au-dessus de l'eau », rapporte-t-il.

Le propriétaire de l'entreprise Burnaby Tours and Charters, Rami Touffaha, qui a été témoin de la scène, rapporte que le navire a coulé loin de la rive. « On pouvait voir de petits bateaux faire des allers-retours pour aider à ramener les gens à la rive », dit-il.

La météo ne semble pas en cause, puisqu'il s'agissait d'une journée claire et ensoleillée.

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada a indiqué que des enquêteurs se rendront à Tofino lundi.

Un accident similaire en 1998

Il ne s'agit pas du premier accident impliquant cette compagnie. En mars 1998, l'un de leurs bateaux avait chaviré lors d'une excursion, et les quatre personnes à bord avaient été projetées à l'eau. L'opérateur du bateau et un passager avaient perdu la vie.

L'accident était survenu près de Plover Reefs, à l'ouest de l'île Vargas, soit dans le même secteur que le naufrage de dimanche. Selon le rapport du Bureau de la sécurité des transports du Canada, le naufrage de 1998 s'est produit si rapidement que le conducteur de l'embarcation n'avait pas eu le temps de lancer un signal de détresse.

Lorsque le propriétaire du bateau a constaté que celui-ci n'était pas arrivé à destination, il a alors appelé à l'aide.

Deux des passagers avaient été secourus après deux heures, tandis qu'un autre passager et le conducteur sont morts noyés après avoir succombé à l'hypothermie.

Le rapport du Bureau de la sécurité des transports sur l'incident de 1998 indique notamment que le propriétaire avait « choisi de ne pas annuler » l'excursion malgré des conditions météorologiques « difficiles » et que cette décision pouvait « être dictée, en partie, par les pressions économiques qui s'exercent dans ce secteur d'activité. »

Le rapport faisait aussi état de « l'absence d'équipement de communication efficace. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine