Il peut sûrement faire mieux. C'est probablement ce que plusieurs républicains se disent. Des gens inquiets par ce que Donald Trump a fait au premier débat télévisé l'opposant à Hillary Clinton. Des gens qui misent sur lui pour une raison ou une autre. Parce que c'est lui que le parti a choisi. Parce qu'il ne faut pas qu'Hillary Clinton (re)déménage à la Maison-Blanche.

Yanik Dumont Baron

  Une analyse de Yanik Dumont Baron

Les commentaires, les critiques et les suggestions ont fusé de toute part au lendemain de ce premier face-à-face présidentiel. Je ne prétends pas avoir des accès privilégiés au clan Trump. Mais on peut imaginer que les idées à glisser dans l'oreille du candidat tournent autour de ces cinq thèmes.

  1. Il faut prendre le temps de s'exercer. Sérieusement. Trump a beau vouloir se fier à son instinct, il faut aussi un plan de match à ce niveau. Il en avait peut-être un, si c'est le cas, il a vite été oublié quand « Donald » en a eu assez de se faire picosser (c'était une des tactiques d'Hillary Clinton visiblement, de l'appeler par son prénom, comme un écolier).
  2. Pourquoi ne pas admettre ses torts? Du moins, quelques-uns? C'est clair, Donald Trump préfère projeter l'image d'un gagnant, celui qui n'a pas fait d'erreur. Mais un peu d'humilité pourrait lui redonner un peu de crédit. Est-il trop tard pour admettre qu'il n'était pas contre la guerre en Irak au tout début? Pour reconnaître qu'il devrait voir les femmes pour autre chose que leur physique?
  3. Pourquoi ne pas s'inspirer de Bernie Sanders? Après tout, le sénateur du Vermont a bien réussi à trouver des lignes d'attaques pour critiquer Hillary Clinton. Des angles qui pourraient plaire aux républicains, surtout lorsqu'il est question du sort des travailleurs. Et, qui sait, les fameux discours de Clinton à Goldman Sachs contiennent peut-être des révélations plus intéressantes que les fameux courriels qui ont disparu du serveur maison de l'ancienne secrétaire d'État.
  4. Respirer profondément. Au moins pour faire taire toutes les blagues qu'Internet aura produites sur ses nombreux reniflements durant le débat (de la cocaïne, a laissé entendre un politicien sur Twitter). Énervé, déstabilisé par les attaques de Clinton, Trump parlait trop vite lundi soir. Il serrait le lutrin, les mains crispées. Il ne s'agit pas d'avoir l'air zen. Mais c'est dur d'imaginer un homme aussi agité dans la fameuse « situation room », là où les États-Unis décident parfois d'aller en guerre.
  5. Se présenter aux deux autres débats. Le conseil n'est pas lancé à la blague. Il vient de cette idée qui flotte depuis plusieurs jours: Trump pourrait sauter les autres débats pour éviter l'exercice. Un calcul politique simple : il aurait plus à y perdre en retournant sur la même scène que Clinton. C'est possible. C'est probablement plus une rumeur qu'une véritable intention. Après tout, Trump a bien réalisé ce qu'il avait perdu en sautant un débat à la veille des caucus de l'Iowa.

Et vous, quel conseil donneriez-vous à Donald Trump pour le reste de la campagne?

La présidentielle américaine 2016 - notre section spéciale

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Ce husky n'arrête pas d'éternuer!





Rabais de la semaine