Retour

Cinquième tentative pour secourir des dauphins au Nouveau-Brunswick

Les dauphins de Lamèque, au Nouveau-Brunswick, ont finalement pris le large, selon les autorités, après une intense journée de sauvetage. 

Les dauphins se trouvaient depuis plus d'une semaine dans une baie peu profonde et près d'un pont, ce qui menaçait leur survie. Vendredi matin, il y avait toujours six dauphins, dont deux petits.

Des agents de pêche et des membres de la Marine Animal Response Society à bord de bateaux ont entrepris vendredi matin une cinquième tentative afin de déplacer les dauphins hors du secteur, notamment en utilisant des appâts, des appareils acoustiques et un filet lesté. 

Les intervenants ont réussi à les éloigner du pont et à les faire passer un haut-fond, indique l'agent de pêche Gabriel Albert. Il a fallu pour cette étape employer un genre de civière pour aider certains dauphins à franchir l'obstacle.

Le travail s'est poursuivi vendredi après-midi afin d'aider ces mammifères marins à atteindre le large, ce qui a finalement été possible vers 15 h. 

Le ministère des Pêches et des Océans précise qu'il s'agit de dauphins à flancs blancs, une espèce commune dans la région. Ses experts croient que les dauphins refusaient de quitter les lieux étant donné qu'ils devaient pour cela franchir une zone d'eau moins profonde que celle où ils se trouvaient. De grandes marées ont pu les laisser entrer dans la baie. Depuis ce moment, le niveau des marées a diminué et il était trop bas pour qu'ils puissent repartir facilement.

Le maire de Lamèque s'interroge et se réjouit des retombées économiques

Le maire de Lamèque, Jules Haché, se demande pourquoi les autorités ont fait autant d'efforts pour déplacer les dauphins.

« On aime la présence des dauphins. Bien sûr, s'ils sont en danger eux-mêmes, il faut que ce soit basé sur des critères. Ils ne présentent aucun danger pour l'environnement ou la population. Alors, pourquoi à un moment donné les déranger de cette façon? » s'interroge M. Haché.

Le maire a ajouté que la présence des mammifères marins a apporté une renommée à sa municipalité.

« Il y a beaucoup de monde chaque jour. Les fins de semaine, il y a même des autobus qui sont venus. De ce côté-là, c'est agréable, c'est positif, c'est très intéressant et on est fiers de ça », a-t-il souligné.

La foule qui observait l'opération vendredi matin s'est dispersée lorsque l'action s'est déplacée au point d'être difficile à apercevoir à l'oeil nu.

Avec les informations de René Landry

Plus d'articles