Retour

Climat : les négociateurs se mettent d'accord sur un texte à Bonn

Les négociateurs de 195 pays sont parvenus à un accord, à Bonn, en vue de la conférence de Paris sur les changements climatiques qui débute dans quelques semaines.

Ils ont terminé une session de travaux qui a été difficile, tendue et qui a mené à un texte dont la lisibilité a été critiquée.

« Le texte n'est pas exactement ce que j'avais espéré pour le début de la conférence de Paris », a regretté la négociatrice française, Laurence Tubiana.

Le délégué mexicain a pour sa part lancé un cri du cœur à la clôture des travaux, alors que l'ouragan Patricia menace son pays. « Je ne pense pas que j'ai besoin d'en dire plus sur l'urgence d'un accord [sur le climat]. Je vous demande à tous de mettre de côté vos différences afin qu'ensemble nous puissions commencer à travailler », a déclaré Roberto Dondisch Glowinski.

Les discussions ont ravivé la fracture entre pays développés et en développement. Les pays du Sud, qui rappellent la responsabilité du Nord dans le réchauffement, mettent la pression pour obtenir le financement de leurs politiques climatiques par les pays du Nord. Ces derniers font valoir que les grands pays émergents peuvent désormais contribuer financièrement.

Les pays développés ont accepté d'augmenter leur financement en matière d'environnement à 100 milliards de dollars américains par année d'ici 2020, mais ils hésitent à s'engager de manière ferme au-delà de 2020, partiellement en raison des incertitudes budgétaires. Ils souhaitent aussi ajouter des donateurs au groupe afin d'inclure la Chine et des économies émergentes.

L'accord éventuel, sous l'égide de l'ONU, doit permettre de réfréner la hausse du thermomètre mondial sous la barre des 2 °C.

Plus d'articles

Commentaires