Retour

Coderre souhaite limiter la vitesse à 5 km/h dans les ruelles

Le maire sortant Denis Coderre interdira aux automobilistes de rouler au-delà de 5 km/h dans les ruelles de Montréal s'il est réélu le 5 novembre. Cette promesse, sa première de la campagne électorale qui s'amorce, est accueillie avec scepticisme par sa principale adversaire, Valérie Plante, qui lui reproche d'avoir négligé les ruelles de la métropole au cours des quatre dernières années.

Un texte de Jérôme Labbé

Il n'y a actuellement aucune limite de vitesse dans les ruelles de Montréal. Pour assurer la sécurité des familles, Denis Coderre se propose d'en fixer une.

Il s'engage aussi à consacrer annuellement 1 million de dollars du budget de la ville-centre au verdissement des ruelles au moyen d'un nouveau programme qui financerait 50 % des coûts jusqu'à concurrence de 10 000 $ par ruelle.

« Les ruelles vertes, ce n'est pas juste une question de verdissement et de contrer les îlots de chaleur. C'est vraiment d'établir un milieu de vie agréable, où il fait bon vivre et où on va passer une partie de son temps », explique-t-il

Le programme qu'il souhaite mettre en place servirait aussi à financer des projets de « ruelles blanches », déneigées l'hiver.

Le maire Coderre a par ailleurs réagi au portrait publié samedi matin dans La Presse+ qui le décrit comme un politicien qui se met rapidement en colère.

L'article en question cite plusieurs sources, dont certaines anonymes, qui ont travaillé avec Denis Coderre. Elles le dépeignent comme un politicien travaillant, mais aussi comme quelqu'un d'irascible.

« Je suis un maire qui a du caractère, un maire qui a le coeur à la bonne place et qui va toujours travailler pour les intérêts de sa population, s'est-il défendu. Avec moi, comme dirait les Anglais, what you see is what you get [...] On prend des décisions, on aime les prendre, mais on travaille en collaboration avec l'ensemble de l'équipe. On ne peut pas être unanime, mais pour le reste, c'est correct. »

Pendant ce temps, la chef de Projet Montréal, Valérie Plante, rencontrait des électeurs au marché Jean-Talon. Elle estime que la première promesse du maire sortant est bien modeste.

Projet Montréal a financé l'aménagement de 108 ruelles en 4 ans dans l'arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie, dit-elle. « Un investissement d'à peu près 1 million de dollars, alors que mon adversaire propose, lui, 1 million de dollars à travers toute la ville ».

« Ça manque d'ambition, et puis c'est un peu déconnecté de la réalité », juge-t-elle.

Montréal compte en ce moment 330 ruelles vertes, soit 8 % des 4000 ruelles de la métropole. Les deux candidats à la mairie s'entendent toutefois pour dire qu'il en faudrait beaucoup plus, mais ils n'ont pas encore chiffré leur objectif.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine