Retour

Colère en Alberta après des rapports accablants sur les feux de Fort McMurray

Les rapports commandés par la province sur les feux de Fort McMurray, rendus publics jeudi, suscitent la grogne en Alberta. L'opposition officielle réclame de nouveau une enquête publique, après que d'importants problèmes de coordination entre les services de lutte contre les incendies ont été constatés.

Un texte de Catherine Bouchard

« Les gens de Fort McMurray demandent des réponses sur ce qui s'est passé depuis 13 mois et ils veulent savoir », assène le chef du Wildrose, Brian Jean.

L'un des deux rapports, celui du ministère de l’Agriculture et de la Foresterie, achevé en mars 2017, a été obtenu par CBC jeudi. La province a ensuite rendu public un deuxième rapport, dans la foulée de la divulgation du premier.

« La tentative du gouvernement de dire que c'était dans le meilleur intérêt des résidents de cacher ce rapport et d’en écarter ses conclusions est choquante, arrogante et totalement inacceptable dans une démocratie », s'insurge le chef du Wildrose.

Les rapports affirment également que les équipes étaient mal préparées à un feu de cette ampleur. Le chef des pompiers de la municipalité de Wood Buffalo, où se trouve Fort McMurray, accueille favorablement les recommandations, mais croit que c’est un événement exceptionnel.

« Avec le recul, nous pouvons dire que [l'évacuation] ne s'est pas faite assez tôt. Mais il faut comprendre qu'avec la taille et l'ampleur du feu de forêt, dans ce contexte, le travail fait a été fait de façon exceptionnelle », indique le chef des pompiers, Jody Butz.

Nouvelle du feu sur les médias sociaux

Le rapport du ministère de l’Agriculture et de la Foresterie dévoile que le chef des opérations pour la municipalité régionale de Wood Buffalo en poste le 3 mai, en après-midi, a appris par les médias sociaux que le feu s'est propagé dans la ville.

Pourtant, les pompiers de la province savaient en matinée que l’incendie entrerait dans les limites de la municipalité pendant les prochaines heures.

« Nous aurions pu avoir des milliers de personnes brûlées vivantes », s’est insurgée jeudi la conseillère municipale de la municipalité régionale de Wood Buffalo, Colleen Tatum.

Selon elle, la province minimise la gravité des événements en mettant l’emphase sur le succès de l’évacuation.

« Je ne sais pas quelle est la définition du succès dans cette situation, mais avoir des gens qui courent pour leur vie et conduire à travers les flammes avec leurs enfants, ce n'est pas ma définition du succès », a ajouté la conseillère.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine