Retour

Congrès du PQ : les yeux tournés vers la ligne de départ

ANALYSE – C'est avec les yeux fermement tournés vers l'avenir, vers le « vrai » vote de confiance qui aura lieu le 1er octobre 2018, que les délégués au congrès du Parti québécois (PQ) ont voté à plus de 92 % la confiance en leur chef, Jean-François Lisée.

Il faut dire que s’ils avaient regardé le passé encore récent, l’épreuve du vote de confiance aurait été nettement plus difficile pour leur chef.

Quand il a pris les rênes du PQ, en octobre dernier, le parti recueillait 30 % d’appuis dans les sondages, par rapport à 22 % aujourd’hui.

À ce moment, il était au premier rang dans l’électorat francophone avec 38 % des appuis, comparativement à 27 % aujourd’hui. À ce chapitre, le PQ est maintenant nettement distancé par la Coalition avenir Québec (CAQ).

Bref, depuis que Jean-François Lisée est devenu le chef du PQ, c’est la CAQ qui est devenue la solution de rechange au gouvernement libéral et à Philippe Couillard.

Mais rien n’est joué en vue de la prochaine élection : un an, en politique, c’est une éternité et tout peut arriver, y compris un retour en faveur du Parti québécois. En fait, les trois principaux partis peuvent travailler en se disant que rien n’est joué.

L’équipe et l’histoire, deux avantages...

M. Lisée compte sur deux avantages qui pourraient être importants avant et pendant une campagne électorale. Deux avantages dont il est très conscient et qu’il a su exploiter de façon intéressante pendant le congrès du week-end.

Le premier est la riche histoire du PQ. Au cours de ses années au pouvoir, le PQ a été à l’origine de plusieurs lois et politiques qui ont été très bien accueillies par la population. De la loi 101 à la création des centres de la petite enfance, du zonage agricole au régime public d’assurance médicaments, le PQ a une feuille de route dont il peut être fier.

Face à un parti comme la CAQ, qui n’a jamais gouverné, c’est une carte maîtresse. Mais pour l’essentiel, ces réalisations datent maintenant d’une génération ou plus et les plus jeunes électeurs n’en ont pas vraiment de souvenirs.

L’autre avantage, c’est l’équipe. Le caucus péquiste est le seul, à part le parti au pouvoir, qui compte un nombre important de députés ayant déjà exercé des fonctions ministérielles et que les gens reconnaissent. Des gens qui peuvent être des porte-parole sectoriels ou régionaux importants et crédibles. En campagne électorale, c’est un atout non négligeable.

... mais aussi quelques faiblesses

Le congrès du week-end a également montré quelques faiblesses du PQ. D’abord, une base militante qui est, justement, beaucoup plus militante et radicale que la direction du parti.

Le compromis tarabiscoté et proprement incompréhensible sur l’accès aux cégeps anglophones en est l’exemple le plus frappant, encore qu’il y a fort à parier qu’il ne se retrouvera jamais dans la plateforme électorale, le document qui résumera les engagements de la campagne électorale.

Mais, sur toutes les questions de langue et identitaires, on a senti un clivage générationnel sur le plancher du congrès et dans les divers ateliers.

Ce sont les plus jeunes qui essayaient de calmer les ardeurs des plus âgés à propos du renforcement de la loi 101 ou des résolutions qui auraient pu ressembler à une Charte des valeurs, version 2.0.

À cet égard, M. Lisée a fait son choix. Les questions de l’identité et de la laïcité seront des éléments importants de son discours au cours des 13 prochains mois.

Puisqu’on parle des jeunes, ils semblaient de moins en moins nombreux parmi les délégués au congrès du PQ, malgré les vaillants efforts de la direction du parti pour leur donner une visibilité maximale.

Malgré cela, le congrès du « parti qui mange ses chefs » aurait pu devenir un embarras majeur pour le PQ et son chef.

Au contraire, les péquistes ont réussi à naviguer assez loin de ces récifs pour ne pas endommager le navire.

Au moment où s’amorce l’année électorale, le PQ a peut-être eu une année difficile, mais il est en mesure de se présenter à la ligne de départ.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine