Retour

Constat accablant de la SQ sur le climat de travail à l'UPAC

Rôles et responsabilités peu définis, manque de planification, pression médiatique, sentiment d'iniquité et de favoritisme : les constats contenus dans le document présenté mardi par le ministre de la Sécurité publique en commission parlementaire sur le climat de travail à la section des enquêtes de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) sont accablants.

Le document, élaboré par Karine Martel, répondante ministérielle de la politique de harcèlement psychologique à la Sûreté du Québec (SQ), s’intéresse particulièrement aux enquêteurs de la SQ prêtés à l’UPAC.

Mme Martel a passé au peigne fin les signalements en vertu de la Politique de prévention et de gestion du harcèlement en milieu de travail. Et le constat est peu reluisant.

Clivage, rivalité et dénigrement

On y souligne notamment des « risques liés aux relations interpersonnelles comme la jalousie, la rivalité et la compétition entre les employés de cette unité ».

Le compte rendu révèle qu'il existe un « climat général de méfiance et de surveillance entre collègues de travail sur les comportements et les discussions des autres ».

L’auteur du document fait également état de « clivage » au sein même de l’unité, ce qui risque de conduire à une « perception de favoritisme auprès de certains membres, la recherche de bouc émissaire de la part des gestionnaires, qui dénigreraient des employés devant leurs collègues ou lors de réunions ».

Manque d’écoute

« Tout commentaire critique serait qualifié de mauvaise attitude sans plus d'élaboration. On exclut les gens qui n'ont pas la même orientation. » Le document relève un « manque d'écoute de la gestion lors de situations difficiles ».

Les employés ne seraient pas soutenus lorsqu’ils prennent des décisions liées à leur travail. L'accent serait mis sur les résultats et non sur les personnes, peut-on encore lire.

Les recommandations

Pour éviter la détérioration du climat de travail au sein de cette unité, Mme Martel propose entre autres de fournir à chaque employé une description de tâches détaillée, d’organiser régulièrement des rencontres de service et d’éviter toute forme de discrimination ou d'apparence de discrimination.

Elle recommande aussi de « reconnaître les résultats individuels des employés sur une base régulière, et ce, même si les employés ont une performance constante et satisfaisante ».

Former des gestionnaires en gestion de conflit et en incivilité, et offrir du coaching aux gestionnaires en relations de travail figurent également au nombre des recommandations de Mme Martel, qui poursuit avec une longue série d’actions censées corriger des situations problématiques entachant le climat de travail au sein de l'UPAC.

Plus d'articles