Retour

Corée du Nord : Donald Trump accuse la Chine de saper les efforts des États-Unis

Au lendemain du tir d'un missile balistique à longue portée par la Corée du Nord, le président américain accuse Pékin de nuire aux États-Unis en renforçant ses échanges commerciaux avec Pyongyang.

Selon Donald Trump, le gouvernement chinois a littéralement échoué dans ses efforts pour contenir les ambitions nucléaires de son allié historique nord-coréen.

Le territoire américain désormais menacé

Sans accuser directement la Chine de saboter les efforts de l’Occident pour stopper le programme nucléaire nord-coréen, le président Trump reproche à Pékin d’intensifier ses relations commerciales avec Pyongyang alors que le régime du dictateur Kim Jong-un constitue une menace croissante à la sécurité en Asie du Sud-Est et bientôt aux États-Unis, si on en croit les experts.

Le tir, mardi, d’un ICBM nord-coréen capable d’atteindre l’Alaska change en effet la donne pour les États-Unis qui sont désormais directement menacés par les missiles nord-coréens.

Cette nouvelle sortie contre la Chine du président américain survient quelques heures après une série d’exercices militaires menés avec la Corée du Sud en réponse au tir réussi du missile nord-coréen de mardi.

Au cours de ces exercices, les forces sud-coréennes et américaines ont tiré plusieurs missiles pouvant atteindre de petites cibles, tels des bunkers, avec une grande précision. Un message adressé directement au dictateur nord-coréen Kim Jong-un qui a qualifié mardi son tir de missile de « cadeau aux salauds d’Américains » pour leur fête nationale [le 4 juilllet].

Depuis plusieurs semaines, Donald Trump interpelle le gouvernement chinois de façon frontale sur des questions commerciales entre la Chine et son pays, mais surtout, sur le rôle que joue Pékin, selon lui, dans la crise nucléaire nord-coréenne.

La semaine dernière, les États-Unis ont fait monter la pression en sanctionnant une banque chinoise accusée de blanchir de l'argent nord-coréen et en autorisant une vente d'armes à Taïwan, une île indépendante que Pékin considère comme une de ses provinces.

Un entretien délicat à prévoir au G20

Ce nouvel incident impliquant la Corée du Nord attise les frictions entre Pékin et Washington alors que le président Trump et son homologue chinois Xi Jinping doivent s’entretenir à la fin de la semaine au sommet du G20, à Hambourg.

Allié historique de la Corée du Nord, dernier régime d’inspiration stalinienne au monde, la Chine est le principal soutien économique et diplomatique de ce pays qui fait l’objet d’un éventail de sanctions économiques et politiques de l’Occident et de ses alliés en raison notamment du développement d'un programme de missiles nucléaires et de sa rhétorique belliqueuse envers l'Occident.

Selon Washington, la Chine pourrait sanctionner Pyongyang bien plus durement qu’elle ne le fait pour forcer le régime de Kim Jong-un à se plier aux exigences de la communauté internationale.

Pékin, de son côté, plaide pour une reprise des pourparlers à six (deux Corées, Russie, États-Unis, Chine, Russie), au point mort depuis 2009.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine