Retour

Couillard rebrasse les cartes de son gouvernement ce matin

C'est ce matin à 10 h que le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, procédera au remaniement ministériel qui est censé insuffler un vent de renouveau à son gouvernement après trois ans et demi de pouvoir.

La cérémonie d'assermentation sera faite au Salon rouge de l'Assemblée nationale.

Des informations obtenues par Radio-Canada veulent que François Blais perde la responsabilité de la Capitale-Nationale, tout en conservant l'Emploi et la Solidarité sociale.

Ce serait Sébastien Proulx qui hériterait de la Capitale-Nationale; il perdrait par ailleurs le ministère de la Famille.

Les noms des députés Isabelle Melançon (Verdun), de Véronyque Tremblay (Chauveau), et d'André Fortin (Pontiac) sont évoqués comme étant de possibles recrues au Cabinet.

Celui de l'ex-ministre des Transports, Robert Poëti, circule également. Ce dernier pourrait à nouveau se voir confier un ministère après un long purgatoire.

Pierre Moreau est pressenti pour passer du Conseil du Trésor à la Sécurité publique ou encore aux Ressources naturelles. Martin Coiteux, titulaire de deux ministères à l'heure actuelle, verra aussi ses fonctions modifiées selon toute vraisemblance. Il pourrait ainsi être délesté de la Sécurité publique et des Affaires municipales pour se voir confier les Transports. David Heurtel pourrait hériter de l'Immigration.

La vice-première ministre Lise Thériault serait réaffectée au poste de whip.

Statu quo pour Leitao, Barrette et Fournier

Le ministre des Finances, Carlos Leitao, celui de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, et le leader parlementaire Jean-Marc Fournier ne devraient pas voir leurs responsabilités changer. M. Fournier mène également la toute première politique du gouvernement Couillard « d'affirmation du Québec et des relations canadiennes ».

En revanche, Rita de Santis risque d'être exclue du Conseil des ministres, elle qui était jusqu'à présent responsable de l'Accès à l'information et de la Réforme des institutions démocratiques.

L'UPA réclame un ministre « à temps plein »

Un des ministres visés par les changements devrait être Laurent Lessard. Il pourrait être remplacé par Stéphane Billette, député de la circonscription de Huntingdon en Montérégie.

Déjà mardi, l'Union des producteurs agricoles (UPA) réclamait que Laurent Lessard soit déchargé du ministère des Transports, lui qui est aussi responsable de l'Agriculture.

M. Lessard cumule les deux fonctions depuis le 26 janvier dernier. Le président de l'UPA, Marcel Groleau, a dit en entrevue souhaiter ardemment que M. Lessard conserve l'Agriculture. Il a qualifié la situation actuelle « d'intenable », car il n'y a « aucun lien » entre les deux ministères.

« On a besoin d'un ministre à temps plein, a-t-il déclaré à La Presse canadienne. On est vraiment dans deux champs d'activités très différents et ça ne peut pas tenir à long terme. »

À venir : la première politique bioalimentaire du Québec

Le ministère de l'Agriculture ratisse large : il s'occupe à la fois des questions de salubrité et de protection du public, des négociations interprovinciales et internationales, de la transformation et de la surtransformation, en plus de la production agricole.

Les intervenants du milieu préparent également la toute première politique bioalimentaire du Québec. Un sommet sur l'alimentation se tiendra en novembre.

« À ce moment-ci, nos attentes sont élevées, a fait savoir M. Groleau. Ce serait mal reçu, je crois, du milieu agricole d'avoir un nouveau ministre de l'Agriculture à ce moment-ci. On souhaite réellement que M. Lessard continue dans ses fonctions, et à temps plein. »

L'UPA souligne que sept ministres sont passés au ministère de l'Agriculture ces 10 dernières années. M. Groleau a plaidé pour plus de stabilité.

Avec les informations de Sébastien Bovet et d'Alex Boissonneault

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine