Retour

Coup d'éclat de pêcheurs opposés à la fermeture de zones de pêche

Des centaines de pêcheurs manifestent à Caraquet, au Nouveau-Brunswick, contre la fermeture de zones de pêche imposée dans le golfe du Saint-Laurent pour protéger des baleines noires.

L’activité est organisée par l’Union des pêcheurs des Maritimes. Les manifestants accusent le ministère des Pêches et des Océans de ne pas tenir compte de leur proposition de « cohabitation » avec les baleines.

Le ministère des Pêches et des Océans a fermé plusieurs zones de pêche dans le golfe du Saint-Laurent afin de protéger la baleine noire de l’Atlantique Nord, y compris un secteur côtier peu profond où les pêcheurs réclament la permission de déposer leurs casiers.

Ce que l’UPM leur avait recommandé par nous autres, les pêcheurs, c’est de faire une ligne de 60 pieds, [soit] 10 brasses. Ça, ç’aurait été correct. Ces temps-ci en juin on pêche tous dans de 15 à 30 pieds d’eau, 40. Il n’y a pas de baleine qui s’aventure à 15 pieds d’eau. C’est impossible, affirme le manifestant Denis Haché, pêcheur de Chiasson Office.

Les pêcheurs soutiennent qu’il n’y a pas de baleine si près de la côte, mais le ministre a maintenu sa décision en citant une étude selon laquelle les baleines noires, en particulier les femelles et leurs petits, peuvent fréquenter ces eaux.

De nombreux pêcheurs ont dressé un mur de casiers vides devant l'entrée de l'édifice qui abrite le bureau du député d'Acadie-Bathurst, Serge Cormier.

Les manifestants ont hué la secrétaire du député Cormier quand elle leur a dit que ce dernier était à Ottawa.

Des employés municipaux ont retiré les casiers des lieux après la manifestation.

Une quinzaine de voitures de la Gendarmerie royale du Canada sont visibles dans les environs de la manifestation.

3 millions de dollars pour 15 000 casiers

Des pêcheurs de Miscou font une demande séparée pour une compensation financière de trois millions de dollars au gouvernement fédéral.

Ce montant reviendrait aux pertes de revenus causées par la levée des 15 000 casiers de 50 pêcheurs qui travaillent dans les zones qui fermeront vendredi, explique Michèle Garceau, membre du regroupement. Ces derniers estiment que, dans les conditions actuelles, la pêche n’est pour ainsi dire plus possible.

Cette demande n’est pas une initiative de l’UPM.

La carte ci-dessous illustre la zone fermée de façon statique (en jaune), les zones fermées de façon temporaire (en rouge), et le territoire où les baleines se nourrissent (en orange):

Les zones de pêche fermées dans le golfe afin de protéger les baleines noires de l’Atlantique Nord totalisent un peu moins de 13 000 kilomètres carrés, ce qui comprend le secteur qui fermera vendredi, précise le MPO.

La baleine noire de l’Atlantique Nord est une espèce protégée. On estime qu'il n'en reste qu'environ 450 dans le monde.

Avec des informations de Pierre-Alexandre Bolduc

Plus d'articles