Retour

Coup d'éclat des chauffeurs de taxi contre Uber à l'aéroport de Montréal

Des centaines de propriétaires et de chauffeurs de taxi de Montréal ont manifesté pendant environ deux heures, mercredi matin, à l'aéroport Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal pour protester contre le transporteur illégal Uber et dénoncer l'attitude de Québec à son endroit.

Ils ont obtenu l'appui du maire de Montréal, Denis Coderre, qui demande à Uber de cesser ses activités pendant la durée de la commission parlementaire appelée à se pencher sur cet épineux dossier.

Arrivés à l'aéroport vers 9 h, les chauffeurs de taxi ont bloqué la voie qu'ils empruntent normalement pour aller chercher des clients. Ils ont immobilisé leurs véhicules et ont entrepris d'aller manifester, pancarte en main. « On ne prend pas les clients », leur a lancé un organisateur.

La voie qui permet à des taxis de déposer des clients à l'aéroport était cependant libre d'accès. Des manifestants s'y sont toutefois rendus pour les convaincre de ne pas prendre d'autres clients une fois sur place.

La manifestation, qui a pris fin un peu avant 11 h, s'est déroulée sous le regard de nombreux policiers dépêchés en renfort et de membres du service de sécurité de l'aéroport, qui s'étaient installés à des points stratégiques, prêts à intervenir au besoin. 

La police de Montréal avait prévenu mardi que l'encerclement d'un véhicule, la saisie d'un véhicule ou d'un cellulaire et le blocage d'un accès routier pouvaient mener à des accusations criminelles.

Pendant la manifestation, Uber indiquait aux clients qui utilisent son application que ses tarifs étaient majorés en raison de la « très forte » demande.

Un message destiné à Philippe Couillard

« On a un message clair : "M. Couillard, vous ne pouvez plus rester assis. Vous devez agir maintenant" », a déclaré Benoit Jugand, porte-parole du Syndicat des métallos, dans un impromptu de presse donné à l'aéroport.

« Uber n'est pas le bienvenu au Québec. On a des lois qui sont claires. On veut les faire respecter », a-t-il poursuivi, en soulignant que les manifestants présents sont pour leur part « respectueux des lois et de l'État. »

Plus tôt en matinée, M. Jugand avait fait valoir que les chauffeurs de taxi qui participent au mouvement - 800, selon lui - voulaient braquer les projecteurs sur les agissements d'Aéroports de Montréal.

« ADM vend un contrat aux chauffeurs et aux propriétaires de taxi de l'ordre de 2,5 millions de dollars. On leur garantit une clientèle à la sortie. Mais par l'inaction d'ADM, on force les chauffeurs à perdre des revenus et on admet les transporteurs illégaux », a-t-il expliqué.

De manière plus générale, le Syndicat des métallos, qui représente bon nombre de chauffeurs de taxi, veut qu'Uber cesse ses activités pour toute la durée de la commission parlementaire sur l'industrie du taxi qui a été annoncée la semaine dernière. Il se dit prêt à cesser ses moyens de pression si Québec agit en ce sens.

Pour suivre notre couverture des manifestations des chauffeurs de taxi sur votre mobile, cliquez ici.

Coderre appuie les demandes de l'industrie

Lors de la réunion du comité de la Ville de Montréal, le maire Denis Coderre a offert son appui à l'industrie du taxi en demandant à Uber de cesser ses activités pour la durée de la commission parlementaire. 

« Moi, ce que je demande au gouvernement ce matin, c'est une trêve. Je pense qu'on est rendu là. Ça prend une trêve pendant les travaux de la commission parlementaire, et du côté de l'industrie du taxi, et pendant toute cette période-là, UberX cesse ses activités », a-t-il souligné.

À l'Assemblée nationale, le nouveau ministre des Transports, Jacques Daoust, a dit appuyer les propos du maire de Montréal.

Selon M. Daoust, l'application d'Uber pourrait être utilisée de façon légale, mais ce n'est pas le cas à l'heure actuelle. « Ce qu'on voit, c'est que l'utilisation qui est faite est sans permis de taxi, sans permis de chauffeur, sans inspection. C'est sûr qu'on peut faire un bon prix » aux clients, a-t-il observé. 

« L'idée de la commission parlementaire, c'est qu'au terme de ça, il y a des nouveaux moyens qui sont disponibles sur le marché de typer Uber [...] À ce moment-là, il va falloir qu'on se dote d'outils pour qu'avec les autres applications, tout le monde travaille de façon équitable », a encore dit le ministre Daoust.

Comme il l'a fait mardi, le ministre Daoust a fait valoir que son gouvernement n'est pas inactif dans ce dossier, puisque les saisies de véhicules utilisés par les chauffeurs d'Uber se multiplient depuis quelques mois.

Uber déplore l'intervention de Coderre

« Pendant que les chauffeurs de taxi manifestent, les partenaires-chauffeurs UberX sont sur la route afin de servir les besoins de transport des Québécois. », a réagi le porte-parole d'Uber, Christophe de Le Rue, dans un courriel envoyé à Radio-Canada.

M. de Le Rue réitère en outre qu'Uber salue l'annonce d'une commission parlementaire « visant des solutions réglementaires concrètes pour assurer aux consommateurs des alternatives de transport sécuritaires, fiables et abordables. »

Uber affirme que plus de 350 000 Québécois ont déjà utilisé son application pour se déplacer, grâce aux 8000 personnes qui sont devenues des « partenaires-chauffeurs ». La compagnie soutient avoir créé « l'équivalent de plus de 1500 emplois à temps plein » à Montréal l'an dernier.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité