Champion de la Coupe Rogers en 2013, Rafael Nadal a amorcé la défense de son titre montréalais avec une victoire « rassurante », mercredi après-midi au Stade Uniprix.

Un texte de Manon Gilbert

Opposé à l'Ukrainien Sergiy Stakhovsky et au vent perpétuel, l'Espagnol, 7e tête de série, a triomphé en deux manches de 7-6 (7/4) et 6-3.

À son premier match sur surface dure depuis sa défaite au troisième tour du Masters de Miami contre son compatriote Fernando Verdasco à la fin mars, Nadal n'a pas paru trop rouillé.

Ses redoutables coups droits ont souvent touché la cible, tandis que l'effet sur ses balles de service a causé quelques maux de tête à l'Ukrainien, 60e au classement de l'ATP.

Mais Stakhovsky, dont le principal fait d'armes est sa victoire contre Roger Federer au second tour à Wimbledon en 2013, n'était pas désarmé pour autant. Ses montées au filet et ses amorties ont surpris plus souvent qu'à son tour l'homme qui détient le record pour le nombre victoires lors de tournois Masters avec 27.

Reste que Nadal a imposé sa loi dès le septième jeu, avec un premier bris de service.

Sauf que Stakhovsky a freiné l'élan du Majorquin au 10e jeu. Il a ainsi créé l'égalité sur une faute directe de Nadal qui a envoyé son coup droit croisé dans le filet.

Au bris d'égalité, Nadal a continué de marteler le revers de son adversaire pour se donner la priorité.

« J'ai joué un bon match. Je pense que je n'ai joué qu'un mauvais jeu, à 5-4 sur mon service, a reconnu le vainqueur qui joue plus tard en double, question de poursuive son adaptation sur surface dure!

« Pour le reste, ça a été un match positif. Comme c'est un joueur qui ne veut pas jouer beaucoup de points sur la ligne de fond, qui essaie d'écourter les points, qui monte au filet et qui coupe beaucoup ses balles, il n'était pas un adversaire facile pour commencer. »

Améliorer son classement

Fort d'une première manche et d'une plus grande confiance, Nadal s'est montré plus offensif dans la seconde... avec à la solde un bris dès le second jeu et un autre au sixième avec un coup de dépassement qui hantera Stakhovsky pendant quelques heures.

En retard 1-5, le natif de Kiev n'avait pas dit son dernier mot. Un sursaut d'orgueil ou d'énergie, c'est selon, a retardé la victoire de Nadal grâce à son premier bris de la manche.

Mais Nadal a scellé l'issue du match quelques minutes plus tard en route vers un duel au troisième tour contre Mikhail Youzhny, issu des qualifications. Le Russe a surpris le Français Gilles Simon (no 9) 6-1 et 6-4.

Les deux hommes en seront à un 17e duel, avec un net avantage de 12-4 pour Nadal. La dernière fois que le Russe a eu le dessus, c'était en 2008!

« Les tournois sont plus difficiles quand vous n'êtes pas dans le top 4 ou le top 8. Alors, c'est important pour moi de maintenir un bon classement en vue des prochains tournois », a admis le 9e joueur mondial qui n'a aucun point à défendre sur le dur puisqu'une blessure au poignet droit l'avait contraint à faire l'impasse sur cette portion de la saison en 2014.

Murray confirme, Nishikori aussi... mais pas Berdych

Après une défaite d'entrée de jeu la semaine dernière à Washington contre le Russe Teymuraz Gabashvili (modeste 51e mondial), Andy Murray (no 2) a montré beaucoup plus d'aplomb, cette fois, face à l'Espagnol Tommy Robredo, 22e raquette planétaire.

L'Écossais a enlevé son match disputé sur deux jours, en raison de la pluie, en deux manches de 6-4 et 7-5

Les deux hommes ont repris les hostilités à 4-4. Mais Murray n'a pas mis de temps à régler la manche en brisant Robredo dès sa première mise en jeu pour prendre les devants 1-0.

Avec le bris en poche, l'Espagnol semblait en mesure de forcer la tenue d'une manche décisive, mais Murray a ramené les deux protagonistes à la case départ au huitième jeu. Puis comble de malchance, Robredo a été incapable de sauver une balle de bris au 12e jeu quand, après un échange interminable, l'amorti de Murray a touché le haut du filet pour tomber du côté opposé!

Murray croisera le fer maintenant avec le Luxembourgeois Gilles Müller qui, contre toute attente, a pris la mesure du Français Gaël Monfils (no 15).

Dans le premier match du jour sur le central, le Japonais Kei Nishikori (no 4) a facilement battu l'Espagnol Pablo Andujar en deux manches identiques de 6-3.

Nishikori a profité des largesses au service de son adversaire, convertissant quatre des six balles de bris que lui a offert le 48e joueur mondial.

Victorieux au tournoi de Washington, le Japonais a maintenant rendez-vous avec le Belge David Goffin (no 13).

La journée, qui a commencé avec 90 minutes de retard, en raison des fréquentes averses, a fait son lot de victimes avec l'élimination de plusieurs têtes de série. Outre Gilles Simon (no 9) et Gaël Monfils (no 15), le Tchèque Tomas Berdych (no 5), le Croate Marin Cilic (no 6) et le Bulgare Grigor Dimitrov (no 14) ont tous plié bagage.

Berdych a frappé un mur en Donald Young, un Américain qui a dû passer par les qualifications et classé 79e. Le Tchèque a ainsi encaissé un revers de 6-7 (5/7) et 3-6.

Autres résultats de deuxième tour :

  • Jack Sock (USA) bat Grigor Dimitrov (BUL/no 14) 5-7, 7-6 (7/5), 7-5
  • Jérémy Chardy (FRA) bat Leonardo Mayer (ARG) 4-6, 7-6 (7/4), 6-2
  • David Goffin (BEL/no 13) bat Sam Querrey (USA) 6-4, 6-4
  • Bernard Tomic (AUS) bat Marin Cilic (CRO/no 6) 6-3, 6-4
  • Gilles Muller (LUX) bat Gaël Monfils (FRA/no 15) 6-3, 3-6, 7-6 (7/4)
  • Ernests Gulbis (LAT) bat Lukas Rosol (CZE) 6-2, 5-7, 6-3

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


10 domaines où les robots sont indispensables





Rabais de la semaine