Retour

Course au PQ : tout un revirement pour Jean-François Lisée

Il y aura bientôt deux ans, à Sherbrooke, Jean-François Lisée avait été reçu en paria par les présidents des instances du Parti québécois (PQ). Le simple fait qu'il a maintenant une chance sérieuse de devenir chef du PQ constitue un revirement spectaculaire dans la vie politique de l'aspirant-chef.

Une analyse d'Hugo Lavallée

La veille de cette rencontre du PQ, le 3 octobre 2014, Jean-François Lisée s'était durement attaqué à Pierre Karl Péladeau.

Et il n'avait pas hésité à réitérer ses propos le lendemain matin. « Si des gens ne voient pas aujourd'hui la bombe à retardement que c'est pour le Parti québécois, pour sa capacité à prendre le pouvoir [...] je serais le seul à le dire que je continuerais à le répéter. »

Dans les minutes suivantes, Pierre Karl Péladeau, même devant les caméras, avait à peine daigné lui serrer la main. Durant les jours d'après, des députés s'étaient ligués contre lui au caucus, certains allant même jusqu'à réclamer son expulsion.

« Il est cuit au Parti québécois, chez les militants du Parti québécois », avait tranché, sans appel, l'ex-ministre Louise Beaudoin, en entrevue à 24/60.

Bien sûr, rien n'est encore gagné pour Jean-François Lisée, mais les déclarations d'Alexandre Cloutier lui-même laissent peu de doute sur l'état actuel des choses. « Je suis obligé d'admettre que ça a bougé dans les dernières semaines et que, de toute évidence, la course s'est resserrée », a-t-il laissé tomber jeudi en point de presse. Les résultats du dernier sondage, publié jeudi, montrent une course serrée, qui ne sera vraisemblablement scellée qu'après deux, voire trois tours de scrutin.

Fin stratège, le candidat Lisée aura donc réussi à infléchir la tendance favorable à Alexandre Cloutier, qui a pris la tête après avoir recueilli l'appui d'un grand nombre de députés au sein du caucus.

Si Jean-François Lisée réussit finalement à arracher la victoire, il accomplira ce que très peu d'autres aspirants chefs auront réalisé dans l'histoire politique récente du Québec, où les courses à la direction se terminent presque toujours comme elles ont commencé.

Pensons à Pierre Marc Johnson, à André Boisclair, à Philippe Couillard et à Pierre Karl Péladeau, qui ont été, du début à la fin, favoris des courses qu'ils ont gagnées. Pauline Marois était dans la même position lors de la course avortée de 2007.

Pour en arriver là, Jean-François Lisée devra cependant convaincre les électeurs de Martine Ouellet de se joindre à lui pour le deuxième ou pour le troisième tour. On pourrait croire, en toute logique, que les partisans de la candidate pro-indépendance se rallieront surtout à Alexandre Cloutier, qui ne ferme pas complètement la porte à la tenue d'un référendum dans un premier mandat, contrairement à Jean-François Lisée.

Espérer être le deuxième ou troisième choix

Mais la politique n'est pas qu'affaire de logique. Les électeurs ne votent pas nécessairement en fonction des positions défendues par les candidats, mais plutôt en fonction de plusieurs critères, dont la personnalité des aspirants n'est pas le moindre.

Ceux qui croyaient que le retrait de Véronique Hivon favoriserait nécessairement Alexandre Cloutier, en raison de leur proximité idéologique sur plusieurs questions, l'ont vite constaté.

En l'occurrence, bien des partisans de Martine Ouellet se définissent d'abord par leur opposition à l'establishment du parti, auquel Alexandre Cloutier doit sans cesse se défendre d'appartenir.

Si Martine Ouellet est éliminée au premier tour, plusieurs des membres qui l'appuient pourraient carrément choisir de s'abstenir pour les tours suivants. Les règles adoptées par le parti prévoient que les membres pourront sélectionner l'option « aucun » lorsque viendra le temps de faire un deuxième, puis un troisième choix.

Depuis son lancement après le départ complètement inattendu de Pierre Karl Péladeau, la course actuelle se distingue de celles qui l'ont précédée. Un revirement de l'ampleur de l'élection de Jean-François Lisée à la tête du Parti québécois viendrait la classer pour de bon dans la catégorie des courses d'exception.

Plus d'articles

Commentaires