Retour

Course contre la montre pour retrouver des survivants du séisme au Mexique

Au moins 230 personnes ont été tuées lors du tremblement de terre de magnitude 7,1 qui a causé mardi l'effondrement de dizaines d'immeubles à Mexico et dans les États voisins de la capitale.

Les secouristes et les citoyens poursuivent les recherches mercredi dans les décombres pour tenter de retrouver des survivants. Le dernier bilan établi par la défense civile mexicaine fait état de 230 morts, dont au moins 22 enfants et leurs professeurs, ensevelis sous les ruines d'une école.

Ces élèves de 7 à 13 ans ont perdu la vie avec cinq professeurs lorsque l'école Enrique Rebsamen de Mexico s'est effondrée sous l'effet de la secousse tellurique. Une trentaine d'élèves et une douzaine de professeurs manquent toujours à l'appel.

« Nous nous étions réfugiés dans nos salles pour attendre la fin du tremblement de terre. [...] Une partie du bâtiment s'est effondrée et un nuage de poussière est venu sur nous », relate l'enseignante Maria del Pilar Martia.

Horreur et angoisse pour des dizaines de parents d'écoliers

De nombreux parents désespérés sont accourus sur les lieux, condamnés à une attente cruelle et angoissante, sans nouvelles de leurs enfants disparus.

Onze enfants et une enseignante ont été retrouvés vivants jusqu'ici par les secouristes dans les ruines de l'école effondrée.

« Aucun être humain ne peut imaginer ma douleur », a déclaré à l'AFP Adriana Fargo, une mère dont la fille de sept ans est ensevelie sous les décombres de l'école de trois étages qui n'en compte plus qu'un.

Pendant ce temps, des dizaines de pompiers, de secouristes et de volontaires travaillent avec minutie pour trouver des survivants coincés dans les restes de la structure qui menace de s'affaisser à tout moment.

Au moins 100 personnes sont mortes dans la capitale mexicaine jusqu'ici, selon le bilan préliminaire de la défense civile.

La mairie de Mexico rapporte quant à elle la destruction d'au moins 44 immeubles dans la capitale.

Les autres victimes du tremblement de terre se trouvent dans les villes et les États environnants. Outre la ville de Mexico, l'État de Morelos aurait été durement frappé, avec un bilan préliminaire de 72 morts. Les États de Puebla, de Mexico, du Guerrero et d'Oaxaca déplorent aussi des pertes de vies.

Le volcan Popocatepetl, à 70 kilomètres au sud-est de Mexico, est entré en éruption au moment du séisme. Dans le village d'Atzitzihuacan, sur les versants du volcan, 15 personnes ont été tuées dans l'effondrement d'une église, pendant la messe, a annoncé le gouverneur de l'État de Puebla, Jose Antonio Gali.

Il s’agit du deuxième tremblement de terre d’importance à secouer le Mexique en deux semaines. Le 7 septembre dernier, 96 personnes ont été tuées par un séisme de magnitude 8,1 dans les États d’Oaxaca et du Chiapas.

Ironiquement, ce puissant séisme est survenu quelques heures à peine après des exercices d'évacuation menés chaque année par la sécurité civile dans tout le pays en mémoire des 10 000 victimes du tremblement de terre qui avait dévasté la capitale mexicaine, le 19 septembre 1985.

Le Canada offre son aide au Mexique

À Ottawa, la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a offert l'assistance du Canada aux Mexicains en cas de besoin, précisant qu'aucun citoyen canadien ne figure pour l'instant parmi les victimes.

C'est en espagnol que le premier ministre Justin Trudeau a réaffirmé mercredi la solidarité des Canadiens avec les « frères et soeurs mexicains ». La veille, il avait déjà relevé les « nouvelles désolantes de Mexico », avant d'affirmer que « le Canada aidera ses amis ».

Les Canadiens qui ont besoin d’une aide consulaire d’urgence sont priés de communiquer avec le Centre de surveillance et d’intervention d’urgence d’Affaires mondiales Canada à Ottawa, ouvert en tout temps, par téléphone au 1 613 996-8885 (à frais virés) ou par courriel à sos@international.gc.ca.

Plusieurs gouvernements étrangers ont offert une assistance aux autorités mexicaines, comme Israël, qui dépêche un groupe de militaires spécialisés en recherche et sauvetage. Les Salvadoriens envoient des policiers et des pompiers, tout comme l'Équateur, le Pérou et le Chili.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine