Retour

Crimes et incidents haineux : la création d'une escouade réjouit les défenseurs des droits

Des intervenants qui luttent contre la discrimination et contre la radicalisation applaudissent la création d'un module du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) qui colligera tous les renseignements concernant les crimes et les incidents haineux à Montréal.

Pour Herman Deparice-Okomba, directeur du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence, ce nouveau module est une excellente nouvelle.

« La police décide de recenser ces incidents, ces actes haineux, c'est extraordinaire, car pour nous ces incidents sont la manifestation d'une forme de radicalisation », dit-il. Il souligne que son centre reçoit beaucoup de plaintes de citoyens préoccupés par ce phénomène.

Pour Fo Niemi, directeur général du Centre de recherche-action sur les relations raciales (CRARR), ce module va faciliter la collecte et l'analyse des données. L'objectif selon lui, c'est aussi d'avoir un impact sur la pratique d'intervention policière, au niveau du terrain.

« L'information est puissante, avec des informations détaillées sur le profil des victimes, celui des auteurs, la nature des incidents, à quel endroit et à quelle heure. Ces données vont permettre une meilleure planification de l'utilisation des ressources policières au service des communautés vulnérables », souligne-t-il.

Les incidents haineux sont des actes non criminels qui nuisent au sentiment de sécurité de personnes ou de groupes susceptibles de subir de la discrimination.

Les juifs, les musulmans, les personnes de race noire, ainsi que les membres de la communauté LGBT seraient les plus touchés par des incidents haineux.

Avec les informations d'Azeb Wolde-Giorghis

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine