Retour

Crise du verglas : plus d’argent et de ressources pour éviter une autre catastrophe

Le gouvernement provincial doit augmenter le financement accordé aux services d'urgence et l'Organisation des mesures d'urgence doit accroître le nombre de coordonnateurs régionaux, selon un rapport sur la crise du verglas de janvier 2017, rendu public vendredi.

Un texte de Catherine Allard

Le rapport sur la crise du verglas a été rendu public par la greffière du Conseil exécutif, Judy Wagner, vendredi matin à Neguac. Il contient 51 recommandations destinées à améliorer les interventions futures lors de catastrophes naturelles et de situations d'urgences.

Le document de 185 pages s’appuie sur des analyses effectuées par Énergie NB et l’Organisation des mesures d’urgence du Nouveau-Brunswick (OMUNB), ainsi que les commentaires des audiences publiques menées dans la province.

Le ministre Denis Landry a accepté le rapport et a indiqué qu'un comité de sous-ministres allait travailler à l'élaboration d'un plan d'action pour mettre en oeuvre les recommandations du rapport.

La responsabilité du citoyen

La greffière a répété à plusieurs reprises que la population doit être mieux préparée à faire face à des événements météorologiques extrêmes. Elle rappelle que les résidents doivent être capables de répondre à leurs propres besoins pendant une période de 72 heures.

« Les individus sont les premiers responsables. Ils ne sont pas assez prêts en cas d'urgence. Aucun message des gouvernements ou des mesures d'urgence ne semblent bien passer. C'est quelque chose qu'il faut changer. »

Estimation du temps de rebranchement

Les résidents avaient été nombreux à critiquer les prévisions erronées faites par le gouvernement du Nouveau-Brunswick et Énergie NB, quant au temps prévu pour le rebranchement des abonnés.

La greffière demande à Énergie NB de « présenter des estimations qui s’appuient sur les scénarios les plus pessimistes lorsque des gens se servent de ces estimations pour prendre des décisions sur les mesures d’intervention et leur sécurité personnelle ».

Intoxication au monoxyde de carbone

Deux personnes ont perdu la vie et 49 autres ont dû être hospitalisées à la suite d'une intoxication au monoxyde de carbone pendant la crise.

Le rapport recommande au gouvernement provincial de produire et de diffuser des messages d’urgence facile à comprendre sur l’utilisation d’appareils à combustible, d'encourager l’achat de détecteurs de monoxyde de carbone et d'étudier l’impact de l’obligation d’installer des détecteurs de monoxyde de carbone dans les immeubles existants.

Plus de détails à venir...

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine