C'est mercredi soir que la longue attente de l'un des groupes de partisans les plus patients de l'histoire du baseball prendra fin.

Du côté des Cubs de Chicago, la disette sans un titre de la Série mondiale dure depuis 108 ans. Ou si vous préférez, 39 466 jours se sont écoulés depuis leur dernier triomphe en 1908.

Si le Canadien de Montréal devait attendre aussi longtemps pour soulever sa prochaine coupe Stanley, les amateurs n'assisteraient au prochain défilé qu'en 2101!

À Cleveland, le régime sec dure depuis 68 ans et la défaite de 9-3, mardi, n'a rien de bien encourageant pour leurs partisans.

Ces derniers espèrent que le lanceur partant Corey Kluber pourra offrir le même genre de solide performance que dans les matchs 1 et 4 de cette intense série.

Mais Kluber (4-1, 1,89 mpm depuis le début des éliminatoires) lancera pour une deuxième fois d'affilée avec seulement trois jours de repos. S'il gagne, il rééditera l'exploit de Mickey Lolith des Tigers de Détroit en 1968.

Kluber, faut-il le rappeler, est aussi celui qui a procuré l'avantage du terrain à l'équipe de la Ligue américaine en récoltant la victoire au match des étoiles.

Dans le camp des Cubs, Kyle Hendricks lancera dans le match décisif dans une deuxième série de suite. Il avait tenu les Dodgers de Los Angeles en échec dans la sixième rencontre de la série de championnat de la Ligue nationale.

Aucune équipe n'a comblé un retard de 1-3 en Série mondiale depuis les Pirates de Pittsburgh en 1979.

De plus, après presque trois rencontres de silence complet, l'attaque des Cubs semble avoir repris le rythme de production qui leur a permis de remporter le titre de division avec un écart de 19 matchs.

En plus de mettre un terme à la plus longue attente du sport professionnel moderne, les Cubs le feraient avec deux victoires sur le terrain de l'adversaire.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité