Retour

Cycliste frôlé par un autobus : la STM refuse de dire s'il y aura des sanctions

À l'issue d'une rencontre avec le chauffeur de l'autobus qui a frôlé un cycliste la semaine dernière, la Société des transports de Montréal (STM) promet que « les mesures appropriées seront prises », mais qu'elles ne seront pas rendues publiques.

Un texte de Sébastien Desrosiers

Dans une vidéo devenue virale, le cycliste Stéfan Popović a filmé un autobus qui l'a frôlé, rue Sherbrooke Ouest, au centre-ville de Montréal. Vendredi, deux jours après avoir tourné la vidéo, M. Popović a porté plainte à la STM. « Moi j'ai vu ça comme de l'intimidation », dit-il du comportement du chauffeur.

La STM, qui dit prendre la situation au sérieux, avait promis une enquête interne. Or, « la conclusion de cette démarche et la teneur des mesures ne sont pas publiques », a indiqué un porte-parole par courriel.

Le syndicat qui représente le chauffeur n'avait pas encore été mis au fait de la décision de la STM au moment d'écrire ces lignes, mais il promet de le défendre s'il devait y avoir des sanctions.

Un incident isolé

La Ville de Montréal s'en remet quant à elle à la STM. « C'est un acte plus ou moins isolé », explique Marianne Giguère, conseillère associée au développement durable et aux transports actifs.

Les statistiques semblent lui donner raison. Le nombre de plaintes de cyclistes contre des chauffeurs d'autobus à Montréal est en baisse depuis quatre ans.

« Pour mettre les choses en perspective, rappelons que chaque matin, plus de 1400 bus sont en service à l'heure de pointe, ce qui tend à démontrer que de tels cas sont heureusement peu fréquents », écrit la STM dans un courriel envoyé à Radio-Canada.

Marianne Giguère a toutefois servi un avertissement à tous ceux qui conduisent un véhicule sur le territoire de la ville.

« Des cyclistes, on l'encourage, il y va y en avoir de plus en plus sur les routes. C'est légitime de rouler sur n'importe quelle rue à Montréal et le code de la sécurité routière est clair : quand on dépasse un cycliste, il faut laisser une distance [minimale] », lance la conseillère.

« Le plus vulnérable, il faut le protéger », ajoute-t-elle.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les piscines d'hôtel les plus spectaculaires





Rabais de la semaine