Retour

D'autres restes humains trouvés près d'une maison liée à Bruce McArthur

D'autres restes humains ont été découverts dans un ravin excavé par la police à Toronto derrière une propriété où a travaillé le présumé tueur en série Bruce McArthur, ont confirmé les policiers jeudi.

La police ne sait pas pour l'instant s'il s'agit des restes d'un ou de plusieurs individus, a précisé le détective Hank Idsinga.

Ce dernier n'était pas non plus en mesure de dire s'il s'agit des restes d'une victime déjà identifiée ou de ceux d'une nouvelle victime.

[Le ravin] est le lieu idéal [pour dissimuler des restes humains], admet le détective Idsinga en entrevue avec la chaîne CP24, soulignant que le lieu est isolé, sans être très loin du quartier gai où McArthur aurait trouvé nombre de victimes.

Les policiers avaient repris, mercredi, leurs fouilles d'une propriété du quartier Leaside et du ravin situé derrière la maison, après que des chiens renifleurs y eurent détecté un certain nombre de points d'intérêt après le dégel du printemps.

Les restes trouvés mercredi après-midi ont été remis au bureau du coroner aux fins d'identification.

Le détective Idsinga a précisé que les fouilles se poursuivraient dans le ravin au moins durant la prochaine semaine.

Jardinier et meurtrier présumé

McArthur, un jardinier, s'occupait de l'entretien paysager de la propriété de la rue Mallory, en plus d'y entreposer une partie de son équipement, selon la police.

Les restes de sept des huit hommes que McArthur est accusé d'avoir tués avaient été trouvés l'hiver dernier dans des pots de fleurs de la maison.

C'est la première fois que des restes sont trouvés dans le sol derrière la résidence.

Parmi les victimes présumées de McArthur, seuls les restes de Majeed Kayhan n'ont pas été identifiés jusqu'à maintenant.

Un travail d'archéologue

La police a permis jeudi aux journalistes de descendre dans le ravin pour voir, à distance, le travail de son équipe d'experts médico-légaux.

Une vingtaine d'enquêteurs s'affairaient dans une zone de superficie équivalente à un terrain de tennis.

Certains creusaient le sol, alors que d'autres passaient au crible des échantillons de terre.

Il a fallu plusieurs semaines de coordination avec la Ville de Toronto avant d'amorcer les fouilles dans le ravin, de responsabilité municipale, notamment pour des questions environnementales. Des arbres ont dû être coupés pour faciliter l'accès de la machinerie, a expliqué le détective Idsinga.

Au cours des derniers mois, la police a fouillé une centaine d'autres propriétés liées à McArthur, mais sans rien trouver.

Les policiers disent continuer à recevoir des indices du public.

Plus d'articles