Retour

D'autres villes autour du monde prennent part à la Marche des femmes

Des centaines, voire des milliers de personnes, se sont de nouveau rassemblées, dimanche, à l'occasion de la Marche des femmes, qui donne une voix à la grogne populaire contre les violences sexuelles faites aux femmes.

D'autres villes emboîtent ainsi le pas au mouvement, au lendemain de marches organisées dans des centaines de villes aux États-Unis, au Canada et ailleurs dans le monde.

De nombreux rassemblements ont notamment eu lieu dimanche en Australie, comme à Sydney et à Melbourne. En Angleterre, des centaines de personnes se sont réunies à Londres et ont scandé « ça suffit! » dans les rues, près de la résidence de la première ministre Theresa May.

Des Allemands, mais aussi des expatriés américains, ont eux aussi pris part à une marche à Berlin. Quant à Paris, des manifestants ont appelé à la destitution de Donald Trump.

Plusieurs manifestants tenaient aussi des affiches anti-Trump, alors que samedi marquait le premier anniversaire de son entrée à la Maison-Blanche.

La Marche des femmes avait été créée pour protester contre le nouveau président et ses propos sexistes. Des centaines de milliers de personnes s’étaient agglomérées dans les rues de Washington.

Encore aux États-Unis

Des manifestations ont eu lieu, samedi, à la grandeur des États-Unis. Mais le plus gros rassemblement était prévu dimanche soir à Las Vegas. Des milliers des personnes s'y sont réunies.

C’est le monde politique que les femmes veulent pénétrer avec force dès les prochaines élections.

« Nous avons le pouvoir de changer la politique et de faire en sorte que chaque responsable élu œuvre pour nous », a affirmé Tamika Mallory, l'une des organisatrices de l'événement.

Bien que cette deuxième édition de la Marche des femmes soit portée par le mouvement #MoiAussi et se concentre sur le respect des droits des femmes, la question du gouvernement américain n’a pas été écartée. L’organisation souhaite mobiliser un million de nouveaux électeurs en prévision des élections de mi-mandat.

Samedi, à New York, à Los Angeles ou à Chicago, les participants ont clamé le slogan « le pouvoir est dans les urnes ».

Tandis que les manifestants dénonçaient les politiques de Trump, celui-ci a envoyé un message sur Twitter, samedi, affirmant qu’« il s’agit d’une journée parfaite » pour marcher, ajoutant que les femmes devraient célébrer le fait que le « taux de chômage féminin est au plus bas depuis 18 ans ».

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité