À quelques heures du vote, la fébrilité monte à Radio-Canada, où les équipes sont en pleine préparation de la soirée électorale de lundi. Même pour les vétérans, la pression se fait sentir.

Un texte de Michel Marsolais

« La semaine avant l'élection, l'état mental et l'état physique commencent à changer. On devient un peu maniaque. On se fait des séquences géographiques dans notre tête, des séquences de sens, de gains possibles, de pertes possibles », raconte Patrice Roy, qui sera à nouveau l'animateur de la soirée.

« Et cette année, ce qui est particulier, c'est que c'est extrêmement serré. On ne sait pas ce qui va arriver », ajoute-t-il.

Pour la correspondante parlementaire Emmanuelle Latraverse, la tension autour d'une soirée électorale se compare un peu à celle d'un championnat sportif.

« Mon image, toujours, pour les soirées électorales c'est Alexandre Despatie sur sa tour de 10 mètres. C'est le saut de l'ange, d'une certaine façon. On saute dans cette soirée-là avec la confiance qu'on est bien préparé et la fébrilité parce que tout peut arriver d'une certaine façon. Mais pour nous, il n'y a pas de soirée plus importante qu'une soirée électorale. Ça ne sert à rien d'avoir fait une bonne campagne pendant 78 jours si on n'est pas capable d'être bon le soir où ça compte pour les téléspectateurs », explique-t-elle

Dans les coulisses, des dizaines de rédacteurs, de recherchistes et de techniciens veillent au grain. Les défis technologiques sont nombreux : infographies, liens en direct avec des journalistes postés un peu partout au pays, etc.

« S'assurer que les petits bouts de fils sont attachés un peu partout, c'est le gros défi. Aussi, on vient de faire l'acquisition d'un système qui nous permet d'avoir des graphiques virtuels 3D sur le plateau. Ça va être la cerise sur le sundae qu'on aura en plus cette année », dit le directeur technique Gabriel Demers.

Sur le web, la plateforme interactive de Radio-Canada permettra de suivre les résultats en temps réel. Que vous soyez sur ordinateur, sur tablette ou sur téléphone intelligent, vous pourrez surveiller les résultats dans les circonscriptions de votre choix.

À la radio, « ce que l'on propose, c'est la présentation des résultats les plus significatifs en leur donnant un sens. Contextualiser les résultats de ces 42es élections générales. Permettre de ''voir'' ces résultats-là d'un bout à l'autre du pays », explique Jean-Sébastien Bernatchez, qui animera l'émission spéciale sur la Première Chaîne.

C'est donc un rendez-vous lundi soir, sur toutes les plateformes de Radio-Canada.

Plus d'articles

Commentaires