Retour

De jeunes Afghanes fans de robotique admises in extremis aux États-Unis

Six jeunes filles afghanes pourront finalement participer à une compétition internationale de robotique. Après avoir vu leurs demandes de visa rejetées à deux reprises, l'équipe est arrivée aux États-Unis samedi matin grâce à une intervention de dernière minute de la part du président américain Donald Trump.

Les jeunes filles ont été accueillies à l’aéroport de Washington par un représentant américain et l’ambassadeur afghan Hamdullah Mohib, qui a qualifié l’événement de « rare moment de célébration » pour son pays.

« Il y a 17 ans, cela n’aurait pas été possible du tout. Elles représentent nos aspirations et notre résilience malgré le fait que nous ayons grandi dans un conflit perpétuel », a déclaré l'ambassadeur.

Plus tôt cette semaine, Donald Trump est intervenu pour permettre aux Afghanes d’être admises sur « parole », un statut temporaire accordé uniquement dans des circonstances exceptionnelles à un individu autrement inadmissible à entrer au pays.

Les autorités américaines ont convenu que le cas de l’équipe afghane constituait un « intérêt public important ».

Le président américain a ainsi mis fin à une longue saga qui avait attiré l'attention partout sur la planète. Les jeunes filles avaient dû traverser une large portion de territoire contrôlé par les talibans pour se rendre de chez elles, dans l’ouest de l’Afghanistan, à Kaboul, où leurs demandes de visa ont été rejetées à deux reprises.

Soupçonnées de vouloir fuir l'Afghanistan

Les États-Unis refusent de préciser pourquoi les demandes ont été rejetées, sous prétexte que ces informations sont confidentielles. Selon Hamdullah Mohib, les autorités américaines craignaient que les jeunes filles ne rentrent pas en Afghanistan après la compétition.

C’est une suspicion qui frappe régulièrement les Afghans désirant entrer aux États-Unis, puisqu’ils sont encore nombreux à vouloir s’y installer pour fuir la violence et les problèmes économiques dans leur pays. Certains demandent l’asile dès qu’ils arrivent aux États-Unis alors que d’autres tentent plutôt de rejoindre le Canada.

L’ambassadrice américaine et envoyée spéciale pour l’Afghanistan, Alice Wells, a toutefois assuré que ce n’était pas le cas de ces jeunes filles, puisqu’elles sont fières de représenter l’Afghanistan et qu’elles seront « fières d’y retourner en tant que modèles à suivre pour les autres ».

Elles pourront donc prendre part à la compétition qui débutera dimanche, réunissant des participants issus de plus de 150 pays. L’équipe afghane y présentera un robot capable de reconnaître les couleurs bleue et orange, et de placer des balles colorées dans les endroits correspondants.

Elles seront également célébrées lors d'une réception organisée à la hâte en leur honneur à l'ambassade d'Afghanistan.

Au moment où l'administration Trump prépare une nouvelle stratégie militaire qui comprendra l'envoi de troupes supplémentaires en Afghanistan, où les États-Unis se battent depuis 2001, l’histoire des six jeunes filles a ravivé la pression pour définir des plans à long terme afin d’améliorer le futur des Afghans.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine