Retour

De l'énergie éolienne et solaire pour alimenter son chalet

Au coeur des Laurentides, en haut d'une petite colline ceinturée de lacs, une maison se distingue par les éoliennes installées sur le toit. Voici la résidence de Paul Dionne, un entrepreneur spécialisé dans l'intégration de technologies écoénergétiques. M. Dionne, président de Effect OSG, a transformé son chalet en un véritable laboratoire d'utilisation domestique des énergies renouvelables.

Un texte de Vincent Maisonneuve

Bien installé au comptoir de la cuisine, Paul Dionne étudie sur son ordinateur portable une animation 3D de sa résidence. « On voit que le vent frappe le côté ouest de la maison. Ça nous donne une très bonne idée de la réaction du vent sur la maison. Ce qui permet d'avoir le maximum d'énergie avec les éoliennes. »

La puissance générée par les huit éoliennes est combinée à 15 panneaux solaires. L'énergie est ensuite canalisée dans une série de batteries. Le tout est contrôlé par un équipement sophistiqué que M. Dionne a dissimulé dans son chalet, sous l'escalier qui mène au deuxième étage.

Stéphane Mercier, président de O2 Globale Énergie et partenaire d'affaires de M. Dionne, a supervisé l'installation des éoliennes conçues en Ontario. Pour M. Mercier, le choix de ces éoliennes a été extrêmement important : le premier objectif était d'avoir des éoliennes complètement silencieuses.

Pour ce qui est du chauffage de l'air et de l'eau, l'entrepreneur s'est tourné vers le gaz propane, pour une plus grande efficacité.

Installée il y a un an, la combinaison d'énergie éolienne, solaire et du propane a permis à Paul Dionne de réduire de 70 % sa facture totale d'énergie. Il assure que leurs habitudes n'ont jamais changé depuis l'installation.

Investissement important

Cependant, l'investissement est important, soit environ 90 000 $. Paul Dionne rappelle que son chalet lui sert de laboratoire et qu'une bonne partie de la somme a servi à l'achat d'outils de mesures qui n'ont généralement pas besoin d'être installés.

Malgré tout, il est convaincu qu'il en aura pour son argent. « Ici, l'amortissement se fait sur une période de 18 ans. La durée de vie du système est de 25 ans. C'est donc avoir sept ans d'énergie gratuite. »

M. Dionne souligne que son système peut s'ajuster aux différents budgets des clients et qu'il peut être installé en région éloignée.

« On peut installer un système à partir de 7000 $ jusqu'à 100 000 $, voire 200 000 $. Avec la nouvelle mode des petits chalets, on peut faire en sorte que le client soit autonome sans avoir à construire une ligne électrique d'Hydro Québec jusqu'au chalet. Ça donne la chance de s'installer pas mal plus loin que le réseau d'Hydro Québec », explique Paul Dionne.

L'entrepreneur et son associé expliquent qu'un investissement plus modeste peut également permettre de remplacer une génératrice à essence dans les régions où les pannes électriques sont très fréquentes.

Plus d'articles

Commentaires