Retour

De la Syrie à Alma, le parcours de deux médecins

Parmi les milliers de Syriens que le Canada accueille depuis 2011, des dizaines de médecins tentent d'obtenir le droit de pratiquer au Québec. Des résidents d'Alma, au Lac-Saint-Jean, ont récemment accueilli à bras ouverts le couple de médecins syriens, qui doivent non seulement s'adapter à un nouveau pays, mais aussi à un autre système de santé.

L'anesthésiste Manar Alfarra et le chirurgien Ghatfan Shaaban ont dû quitter leur ville natale de Homs, en Syrie, en raison de la guerre civile qui y fait rage. Aujourd’hui, ils apprennent à devenir des médecins de famille, au sein de l'Unité de médecine familiale de l'hôpital d'Alma. Et ils s'en réjouissent, malgré les nombreux obstacles qu’ils ont eu à surmonter.

Les deux amoureux ont fait leur résidence en médecine dans les années 1990 en France. En 2010, ils retournent à Homs, où ils ouvrent une clinique. Mais en 2011, la révolution éclate, leur quartier est assiégé et le couple doit fuir les bombardements.

Arrivés à Montréal il y a deux ans, Manar Alfarra et Ghatfan Shaaban ont obtenu leur équivalence de diplôme du Collège des médecins du Québec, mais pour obtenir le permis de pratiquer, les médecins étrangers doivent refaire leur résidence, souvent dans une autre spécialité.

Manar Alfarra a fait de nombreuses demandes pour obtenir une place en résidence en avant d’être finalement acceptée à Alma. Ce n’est que quelques semaines plus tard que son mari est accepté lui aussi à Alma.

Les deux médecins sont soulagés de pouvoir de nouveau pratiquer leur métier, même s’ils doivent apprendre les rouages de la médecine au Québec.

« C’est bien, dit le Dr Shaaban. On n'a pas perdu notre pratique médicale, on est toujours reconnus médecins. Et après, ça va nous permettre de donner plus. Le deuil de nos anciennes spécialités est fait. Je vois ça comme une nouvelle vie. On a changé de géographie, on a changé de pays, on a changé de culture, pourquoi ne pas changer de spécialité et commencer une nouvelle vie! »

Selon le Dr Philippe Villemure, directeur adjoint de l'Unité de médecine familiale de l'hôpital d'Alma, tous les médecins étrangers vivent une période d’adaptation. « C’est un nouveau milieu à apprivoiser. Ils doivent redécouvrir ce que c'est d'être étudiant après avoir été médecin. Et parfois de désapprendre ce qu’ils ont appris pour mieux réapprendre », explique-t-il, tout en ajoutant que leur formation antérieure est un atout précieux.

Un accueil très chaleureux

Manar Alfarra ajoute que l’accueil à Alma a été très chaleureux. « Ça m’a beaucoup touché. Ils [les autres médecins] sont reconnaissants qu’on ait déjà de l’expérience. »

Par ailleurs, les deux médecins d'origine syrienne ont dû s’adapter aux dossiers informatisés et au fait que la médecine familiale est une partie importante du système de santé québécois, contrairement au système syrien. La Dre Alfarra apprécie beaucoup le contact humain qu'apporte la médecine familiale pratiquée au Québec.

« Une fois une patiente m'a dit : " Merci d'être venue au Canada." C'est très émouvant des fois; j’entre en relation avec le patient et je suis touchée. Des fois, en sortant j'ai des larmes. C'est ça, la médecine familiale : soulager le stress des patients avant de les traiter avec des médicaments. C’est ce qu’ils demandent, qu’on les écoute. »

Et ses patients apprécient cette attention et cette écoute. Jocelyne Bouchard est ravie d'être traitée par Manar Alfarra. « Ce n’est pas pareil pantoute. Elle nous a dit : " Bonjour! " en arrivant [mon autre médecin] ne m’a jamais dit " Bonjour! " quand j’étais dans son bureau, jamais. En tout cas, elle est très très bonne, je peux vous le dire. Je l’ai aimé et je sais que je vais continuer avec. »

Un autre patient, Marcel Simard juge lui qu'on devrait accepter plus de médecins étrangers. « Les autres le font, ils viennent chercher nos médecins, pourquoi nous autres on n’irait pas en chercher? Puis en plus, il parle notre langue! », dit-il.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine