Retour

De plus en plus près d’un cartilage artificiel fonctionnel

Un nouveau type de cartilage synthétique, fabriqué avec le même type de fibres utilisé dans les gilets pare-balles, s'avère plus résistant que ceux qui ont été testés à ce jour, affirment les ingénieurs américains qui l'ont mis au point.

Un texte d'Alain LabelleCe tissu artificiel pourrait éventuellement remplacer le cartilage naturel d'une personne dont l’usure cause des douleurs articulaires.

Le cartilage est un tissu souple, parfois élastique, que l'on trouve naturellement dans le corps humain à la surface des articulations entre les os et dans la cage thoracique, l'oreille, le nez, les bronches ou les disques entre les vertèbres.

La médecine tente de créer un cartilage artificiel depuis des décennies. Mais les résultats n’étaient jamais vraiment concluants, les tissus créés étant moins solides que le vrai cartilage. En outre, ils ne contenaient pas assez d’eau, une qualité nécessaire pour le transport des éléments nutritifs aux cellules environnantes.

Le matériau créé par des ingénieurs américains de l’Université du Michigan à Ann Arbor imite la rigidité, la solidité et la teneur en eau du cartilage naturel.

Le nouveau tissu est un mélange de polymères hydrogels, composé principalement d'eau et contenant des nanoversions de fibres utilisées pour fabriquer certains gilets pare-balles.

Les tests montrent que deux versions de ce tissu artificiel, l’une contenant environ 70 % d'eau et l'autre environ 92 %, gardent bien leur forme lorsque le tissu est pressé ou étiré. Ce tissu égale ou dépasse la rigidité et la solidité du cartilage biologique.

Plusieurs utilisations envisagées

Ce tissu artificiel sera éventuellement fort utile aux personnes qui souffrent d’arthrose (dont le cartilage est endommagé) et qui ne présentent pas de dommages aux os.

Elles sont plus de 30 millions aux États-Unis et près de 5 millions au Canada.

Souvent, elles doivent subir des remplacements complets du genou ou de la hanche. Si les chirurgiens pouvaient simplement remplacer le cartilage usé par ce matériau, cela réduirait le risque de complications chirurgicales.

En outre, ce tissu pourrait aussi être utilisé pour toutes sortes de blessures sportives, des tendons aux ligaments endommagés en passant par les problèmes au dos.

D’ici là, les chercheurs doivent établir comment ce matériau peut s'intégrer dans le corps et s'assurer qu'il peut s'ancrer aux os sans irriter les tissus environnants.

Le détail de cette étude est publié dans la revue Advanced Materials.

En septembre 2011, d'autres chercheurs américains affirmaient qu'une hormone naturelle déjà reconnue pour son rôle dans la reconstruction des os chez les personnes atteintes d'ostéoporose permet aussi de reconstruire le cartilage.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards