Retour

Débat des chefs : Radio-Canada se défend d’avoir ignoré les francophones hors Québec

Le directeur général de l'information de Radio-Canada assure que le consortium qui a organisé le débat des chefs en français, jeudi soir, n'a pas négligé les francophones hors Québec.

Michel Cormier réagissait aux critiques de plusieurs groupes de francophones hors Québec, qui se sont sentis laissés pour compte dans le débat d'hier soir, trop centré sur le Québec, selon eux. La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada entend d'ailleurs organiser une campagne de plaintes au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications contre Radio-Canada.

Tout en comprenant les « préoccupations » des francophones hors Québec, M. Cormier assure que les questions ont été choisies en tenant compte de « l'intérêt général de tous les francophones » du Canada.

« Le choix des questions est très difficile. Ce qu'on a voulu faire, c'est choisir des thèmes qui touchent l'ensemble des Canadiens. Et moi, j'ose croire que la question des soins de fin de vie, la question économique, des choix énergétiques sont des questions qui interpellent tous les francophones du pays et auxquelles ils attendaient des réponses. »

À la FCFA, qui déplore qu'aucune des questions qu'elle a soumises au consortium n'ait été posée aux chefs des partis, Michel Cormier dit que « beaucoup de monde a soumis des questions, beaucoup de groupes qui voulaient que certains enjeux soient abordés », mais qu'il a fallu faire des choix.

« On a aussi fait attention de s'assurer qu'on ne prenait pas des références québécoises, que les questions étaient formulées de façon à s'adresser à l'ensemble du pays », a-t-il ajouté.

Michel Cormier rappelle aussi que le débat n'est pas la seule occasion durant la campagne de parler des enjeux qui touchent les différentes régions du pays. « Nos émissions voyagent dans les provinces pour refléter cet aspect de la réalité canadienne », souligne-t-il.

« On n'existe pas »

La Fédération des communautés francophones et acadienne et l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario disent s'être senties « exclues » du seul débat en français de la campagne à rassembler les chefs des cinq principaux partis. Selon ces regroupements, la réalité des francophones hors Québec a été complètement ignorée.

« Comment peut-on parler du Sénat sans parler de l'importance de la protection des droits des minorités linguistiques? », affirme la directrice générale de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada, Suzanne Bossé. « Toutes les stations régionales de Radio-Canada connaissent nos enjeux. Pourquoi quand on se retrouve au national, on n'existe pas? » se désole-t-elle.

« C'était un débat unique dans le fait qu'il a été écouté par les francophones et les anglophones. On a vraiment manqué la chance de parler de la richesse de la francophonie hors Québec », affirme pour sa part le directeur général de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario, Peter Hominuk.

La grogne des francophones hors Québec s'est fait sentir pendant le débat même. Le mot-clic #nouscomptons est devenu une des tendances sur Twitter toute la soirée.

Plus d'articles

Commentaires