Retour

Débat sur la laïcité : Philippe Couillard tend la main à l'opposition

Après une semaine d'émotion et de deuil, le premier ministre du Québec se dit plus déterminé que jamais à régler l'épineuse question de la neutralité religieuse.

Un texte de Mathieu Gohier

En entrevue à l'émission Les coulisses du pouvoir, Philippe Couillard estime qu'un terrain d'entente dans ce dossier peut être trouvé sans délai.

On peut rapidement, en quelques semaines, disposer de l'encadrement des accommodements, de la question du visage découvert et établir les principes de neutralité religieuse.

Philippe Couillard, premier ministre du Québec

Alors que reprendront les travaux à l'Assemblée nationale la semaine prochaine, le premier ministre enjoint au Parti québécois et à la Coalition avenir Québec de donner leur appui au projet de loi 62 sur la neutralité religieuse.

« Ce que je dis à mes collègues de l'opposition, pourquoi ne pas adopter maintenant ce sur quoi nous nous entendons? Libre à vous de dire lors de la prochaine campagne électorale ce qu'il faudrait interdire ou sur quoi il faudrait aller plus loin et vous expliquerez à la population pourquoi c'est si urgent de le faire », indique Philippe Couillard.

La ministre de la Justice Stéphanie Vallée a récemment affirmé que des amendements au projet de loi 62 seront présentés, sans toutefois préciser lesquels.

L'emploi, la clé de l'intégration

Si Philippe Couillard veut bien régler la question de la neutralité religieuse de l'État et des accommodements, il n'est pas question pour autant de limiter les droits des minorités religieuses.

« Si on discute des questions relatives à la façon dont les gens se vêtissent, je trouverais assez illogique qu'on me dise que pour mieux aider la communauté musulmane, la meilleure chose à faire c'est de réduire davantage leurs droits », martèle le premier ministre.

Pour M. Couillard, il est plus essentiel de lutter contre la discrimination et de faciliter l'accès au marché de l'emploi pour les membres de la communauté musulmane, par exemple.

Un effort qui ne peut être uniquement fait par le truchement de lois et règlements, prévient M. Couillard.

« Ça appartient à toute la société, les gens d'affaires par exemple dans les entreprises, ceux qui ont des décisions à prendre pour engager des gens, de vraiment se dégager de tous ces stéréotypes et de voir la personne comme elle est », plaide le premier ministre.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine