Retour

Début du procès de Jian Ghomeshi, accusé d'agressions sexuelles 

Une première présumée victime de Jian Ghomeshi a témoigné lundi en cour à Toronto, lors de l'ouverture du procès pour agressions sexuelles de l'ex-animateur de CBC, affirmant que ce dernier l'avait « frappée à la tête à plusieurs reprises » alors qu'ils s'embrassaient.

L'homme de 48 ans fait face à quatre chefs d'accusation d'agressions sexuelles sur trois femmes, en plus d'un chef de tentative d'étouffement sur une personne pour vaincre la résistance de l'une d'elles.

Jian Ghomeshi, congédié par CBC en octobre 2014, a toujours soutenu qu'il avait eu des relations sexuelles consentantes. Il a plaidé non coupable à toutes les accusations. Il n'a pas répondu aux questions des reporters qui l'ont entouré à son arrivée au tribunal, lundi matin.

L'accusation d'avoir vaincu la résistance par l'étouffement est celle qui peut entraîner la peine la plus lourde en vertu du Code criminel : dans les cas les plus graves, elle peut mener à la prison à vie.

La défense a déposé en octobre une requête qui porte sur les arguments qu'elle espère faire admettre comme étant recevables au premier procès, mais un interdit de publication nous empêche d'en révéler la nature.

Trois semaines

Les audiences seront présidées durant trois semaines par le juge William Horkins, de la Cour de l'Ontario. Jian Ghomeshi a choisi un procès devant juge seul.

L'ancien animateur sera jugé ici pour les accusations de trois des plaignantes, dont les allégations datent de 2002 et de 2003. Un deuxième procès se tiendra cet été, en juin, pour un autre chef d'agression sexuelle sur une quatrième femme.

La difficulté pour la Couronne dans ce procès sera de prouver la culpabilité de M. Ghomeshi hors de tout doute raisonnable. Ce sera la parole des trois femmes contre celle de l'accusé. Cela constitue un obstacle pour les procureurs. On ignore par ailleurs si M. Ghomeshi témoignera lors du procès. S'il décide de ne pas le faire, la Couronne perdra l'occasion de le contre-interroger et de tenter de le discréditer aux yeux du juge.

La défense de l'animateur est assurée par l'avocate Marie Henein, alors que la poursuite est représentée par le procureur Michael Callaghan.

Avec la collaboration de Jean-Philippe Nadeau

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine