Retour

Découvrez les 5 coups de coeur des lecteurs francophones d'Ottawa

En cette journée mondiale du livre et du droit d'auteur, Radio-Canada a voulu savoir quels sont les romans en français les plus populaires dans les bibliothèques publiques de l'Ontario. De Kim Thúy à Marc Levy, en passant par Albert Camus, les résultats pourraient vous surprendre !

Un dossier de Laurence Martin et de Valérie Ouellet

Cliquez sur les boutons de l'infographie pour découvrir le top 5 dans chaque ville.

Kim Thúy, superstar des bibliothèques à Toronto

Les lecteurs de la Ville-Reine ont eu un coup de coeur pour l'auteure québécoise Kim Thúy en 2015. Son roman Ru (2009), était de loin le roman en français le plus emprunté des bibliothèques publiques de Toronto l'an dernier.

En apprenant la nouvelle, l'écrivaine d'origine vietnamienne a répondu par un grand éclat de rire.

Et la deuxième position à Toronto ? Rien de moins que L'Étranger, d'Albert Camus, suivi d'autres best-sellers français comme le controversé Soumission de Michel Houellebecq et 14, de Jean Echenoz. Des choix qui détonnent clairement des sagas historiques et romans québécois préférés à Ottawa, Sudbury et Windsor.

Les sagas historiques québécoises très populaires

À Ottawa, Sudbury et Windsor, les auteurs québécois à succès comme Louise Tremblay-D'Essiambre, Denis Monette et Michel David sont les chouchous des lecteurs.

Des auteurs qui écrivent surtout des romans historiques dont l'action se déroule dans La Belle Province.

Fait à noter, intéressant: les auteurs franco-ontariens sont presque absents du palmarès. 

De Kapuskasing à Punta Cana

Pour François Paré, professeur en études françaises à l'Université de Waterloo, c'est très clair selon les romans qui figurent au palmarès : les lecteurs ontariens veulent voyager.

C'est pourquoi on retrouve beaucoup de sagas historiques qui font voyager dans le temps ou encore des récits de voyage situés ailleurs qu'en Ontario dans ces listes.

Exit les traductions de l'anglais

Autre conclusion intéressante : parmi les 40 livres des palmarès, aucune oeuvre n'est une traduction de l'anglais.

Est-ce parce que les lecteurs choisissent consciencieusement des auteurs francophones ? Ou parce que leur niveau d'anglais est généralement très bon et qu'ils n'ont pas besoin d'attendre la version française d'une oeuvre anglaise pour pouvoir la lire ? Difficile à dire...

Plus d'articles

Commentaires