Retour

Défendre Keystone XL est un gaspillage de temps, dit Rachel Notley

L'opposition d'Hillary Clinton au pipeline Keystone XL confirme que défendre ce projet est une perte de temps, a dit la première ministre de l'Alberta mardi dans un discours devant des membres de la Chambre de commerce de l'Alberta.

Rachel Notley a rappelé qu'elle n'a jamais été convaincue que les décideurs à Washington gaspilleraient leur temps pour entendre ce que les Albertains avaient à dire à ce sujet.

Mardi, la candidate qui sollicite l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle américaine avait affirmé son opposition au projet controversé d'expansion du pipeline Keystone XL de TransCanada alors qu'elle était réticente à se prononcer sur cette question auparavant.

L'ex-secrétaire d'État a expliqué qu'elle donne sa position maintenant après avoir réalisé que le débat sur Keystone XL détournait l'attention par rapport aux efforts importants à consacrer à la lutte contre le changement climatique.

Opposition de longue date

La première ministre néo-démocrate Rachel Notley s'oppose depuis longtemps à Keystone XL en indiquant que la revalorisation et le raffinage du bitume albertain devaient se faire près d'ici. « Je ne suis tout simplement pas convaincue que c'est la meilleure stratégie pour l'industrie en Alberta d'amener notre production aux nombreuses raffineries bon marché du golfe du Mexique au moment où les Albertains veulent qu'on se concentre davantage sur la mise en valeur et le raffinage près d'eux. »

Rachel Notley se défend par ailleurs de vouloir s'ingérer dans l'élection américaine et la course à la Maison-Blanche. « Leur politique leur appartient. Nous les laisserons en décider comme ils le voudront. »

Malgré son opposition à Keystone XL, la première ministre dit qu'elle n'est pas hostile aux pipelines. Elle promet de continuer de chercher de nouveaux marchés pour le bitume albertain. Son discours devant la Chambre de commerce de l'Alberta prépare Rachel Notley à une tournée qui la conduira dans l'est du Canada et à New York pour tenter de séduire des investisseurs.

Plus d'articles

Commentaires