Retour

Délais à la RAMQ : des médecins et des pharmaciens exhortent le ministre à agir

La Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) serait-elle la grande oubliée des réformes du ministre de la Santé? Alors que Gaétan Barrette oblige les médecins et les pharmaciens à traiter plus de patients, ces professionnels affirment que les délais pour faire approuver les ordonnances s'allongent, ce qui ralentirait considérablement leur travail.

Un texte de Véronique Prince, correspondante parlementaire à Québec

Au centre d’expertise en gestion de la douleur chronique du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec, la Dre Anne-Marie Pinard doit prescrire un nouveau médicament pour calmer les douleurs de son patient, en rémission d’un cancer.

Elle l’avertit que le traitement de sa demande à la RAMQ pourrait prendre du temps.

« Je n’ai rien contre le fait de devoir justifier certains choix médicaux, mais je trouve que le temps que ça prend pour le patient est difficile », ajoute-t-elle.

« Ça pose un problème d’éthique : est-ce qu’on peut légitimement accepter qu’une demande traîne pendant six ou huit mois? J’ai l’impression que la RAMQ n’arrive plus à suivre », s'inquiète son confrère, le Dr Jean-Pierre Dropinski, du Centre interdisciplinaire de gestion de la douleur à l'Hôtel-Dieu de Lévis.

Le pharmacien André Villeneuve est tout aussi exaspéré par le temps perdu au téléphone pour parler à un préposé de la Régie.

En attendant qu’une demande soit approuvée, « il n’est pas rare que les pharmaciens acceptent de supporter la facture le temps que toutes les démarches soient terminées », ajoute-t-il.

Le nombre de demandes d'exceptions a explosé

Radio-Canada a appris que presque 277 000 demandes d’exception ont été formulées à la RAMQ en 2017, soit environ 60 000 requêtes de plus qu’il y a trois ans.

Il s’agit surtout de patients qui ne répondent pas aux traitements standards ou pour lesquels un médicament ne figure pas sur les listes préapprouvées. La RAMQ ignore pourquoi les demandes ont explosé.

Mme Dupont rappelle que les médecins peuvent aussi utiliser le service en ligne. La Régie songe également à modifier le menu de sa boîte vocale pour permettre aux professionnels de la santé de parler plus rapidement à un agent. « Pour les médicaments urgents, le délai de réponse est de 99,8 % dans les 24 heures », assure-t-elle.

Les nombreux médecins et pharmaciens à qui nous avons parlé se demandent comment Gaétan Barrette a pu ignorer le surcroît de demandes à la RAMQ engendré par ses réformes. Ils l'exhortent à optimiser rapidement les services de la Régie.

D’ailleurs, les bureaux ouvrent seulement en semaine jusqu’à 16 h 30, alors que le ministre oblige les professionnels de la santé à voir des patients les soirs et les fins de semaine. Le cabinet du ministre a refusé notre demande d’entrevue.

« À la fin, je ne suis pas certaine qu’économiquement, on sauve beaucoup d’argent. Pendant ce temps-là, les gens ont mal et sont en arrêt de travail », déplore la Dre Pinard.

« Il y a un effet d’entonnoir et en attendant, ce sont les patients qui se retrouvent pris au milieu de tout ça », ajoute le Dr Dropinski.

Plus d'articles