Retour

Demandeurs d'asile : Nadeau-Dubois impute la faute à Trump

Le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a accusé vendredi le président américain Donald Trump d'être l'ultime responsable de la crise des demandeurs d'asile qui touche actuellement le Canada et le Québec.

Dans une déclaration transmise par voie de communiqué, le député de la circonscription montréalaise de Gouin appelle à ne pas s'égarer dans ce dossier complexe, et à plutôt s'attaquer aux politiques « divisives » du locataire de la Maison-Blanche.

« C'est lui [...] qui force les gens à quitter les États-Unis pour chercher refuge ici. C'est contre lui qu'il faudrait manifester », lance ainsi le jeune politicien.

S'il estime être « légitime de questionner la façon dont les gouvernements ont traité l'arrivée des demandeurs d'asile », M. Nadeau-Dubois affirme que son parti « condamne le fait que certains groupes cherchent à récupérer les préoccupations légitimes de la population en proposant des solutions simplistes et démagogues fondées sur l'intolérance ».

Dimanche, l'un de ces groupes, La Meute, doit tenir à Québec une manifestation contre l'accueil de milliers de demandeurs d'asile à la frontière entre le Québec et les États-Unis.

Jeudi, la Gendarmerie royale du Canada révélait que plus de 10 000 de ces demandeurs d'asile avaient été interceptés au Québec après avoir illégalement franchi la frontière canado-américaine depuis le début de l'année. De ce nombre, quelque 3800 ont été recensés uniquement depuis le début du mois d'août.

Contre-manifestation

En réponse à l'événement prévu par La Meute, dont l'emplacement n'a pas encore été dévoilé, deux organismes, Action citoyenne contre la discrimination et Bienvenue aux réfugié.es, organisent une Manifestation citoyenne contre le racisme dimanche, à Québec.

De son côté, l'organisation Montréal Antifasciste, qui se présente comme un « réseau antifasciste et antiraciste local », a appelé à la mobilisation de groupes antifascistes pour se rendre dans la capitale et s'opposer aux démarches de La Meute.

S'exprimant lui aussi par voie de communiqué, Montréal Antifasciste rappelle qu'« au moins un membre haut placé (depuis peu "ex-membre") de La Meute était présent parmi les racistes d'extrême droite à Charlottesville ».

Jeudi, Radio-Canada rapportait que ce membre en question, appelé Shawn Beauvais-MacDonald, se trouvait bel et bien sur les lieux des violences, en Virginie, qui ont entraîné la mort d'une contre-manifestante.

Jusqu’à ces événements, Shawn Beauvais-MacDonald était modérateur de la page Facebook anglophone de La Meute.

Le groupe a toutefois décidé de lui retirer ses fonctions cette semaine, « voulant se distancier des suprémacistes blancs ». La Meute affirme compter 55 000 membres sur Facebook.

Appel au gouvernement

Si Québec solidaire, par la voix de son porte-parole Gabriel Nadeau-Dubois, dénonce la manifestation de La Meute prévue dimanche, aucune de ses têtes d'affiche ne participera à la contre-manifestation, précise l'attachée de presse Élise Tanguay.

Le parti demande par ailleurs au gouvernement libéral de « mieux gérer la situation pour calmer les inquiétudes légitimes suscitées par les images impressionnantes d'un nombre plus important qu'à l'habitude de demandeurs d'asile entrant au Québec par un sentier dans un boisé ».

Invité à commenter la tenue prévue de cette manifestation de La Meute, le premier ministre Philippe Couillard a reconnu que de tels événements « faisaient clairement augmenter les risques » de dérapage.

M. Couillard a par ailleurs affirmé que le terrorisme et l'extrémisme étaient les face d'une même médaille. « Il faut être extrêmement conscient de cela, d'où l'importance du choix des mots : il faut dire la vérité, les choses comme elles sont » dans le dossier des demandeurs d'asile.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine