Retour

Demandeurs d’asile : organismes d’aide et avocats sont débordés

Les organismes d'aide aux centaines de demandeurs d'asile en attente à Montréal ne suffisent plus à la demande, que ce soit pour les besoins de première nécessité ou pour les démarches administratives. Les avocats spécialisés en immigration se disent, eux aussi, débordés par le nombre de dossiers qui s'accumulent sur leur bureau.

Certains de ces avocats affirment qu’ils doivent refuser des clients parce qu’ils n’ont plus le temps de s’occuper de leur dossier.

Cette augmentation a également des répercussions sur les délais de traitement dans les tribunaux de l’immigration. Un dossier sur deux est reporté à des dates inconnues.

L'avocate Stéphanie Valois explique que ces demandeurs d’asile sont toujours « stressés à l’idée qu’ils peuvent être refusés ».

À bout de souffle

L'espace mis à la disposition des réfugiés au stade olympique de Montréal ne suffit plus. Un nouveau centre d'hébergement a été ouvert dans le nord de l'île de Montréal et l’on pense à en ouvrir d’autres.

Depuis le début du mois de juillet, le nombre de demandeurs d’asile a augmenté de façon importante, rendant la tâche de ces organismes de plus en plus difficile.

« Les demandes ne sont pas traitées par la commission avec la même rapidité qu’elles le seraient habituellement, puisque le volume est immense », indique Francine Dupuis, présidente et directrice générale adjointe du Programme régional d'accueil et d'intégration des demandeurs d'asile (PRAIDA).

Mme Dupuis ajoute que cette situation se répercute sur toute une chaîne censée être huilée.

« Ça bloque un peu partout dans le système. Ça bloque à la frontière, ensuite ça bloque pour les demandes de recevabilité. C’est plus lent au niveau des chèques, c’est plus lent pour le logement permanent et c’est plus lent pour le traitement des demandes », précise-t-elle.

Des bénévoles en renfort

Face à l'afflux important de demandeurs d’asile, les organismes d'aide ne sont pas les seuls à se manifester.

Des bénévoles proposent aussi leur aide. Un groupe de 10 personnes se sont notamment mobilisées pour trouver des logements à offrir aux réfugiés.

« On trouve des appartements pour les gens. On a fait un appel pour des appartements afin de libérer le plus possible ces refuges-là, explique la bénévole Ève-Lyne Cuggia. Dès qu'ils ont trouvé un appartement, le chèque s'en vient, donc ils vont pouvoir payer. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un drone filme la beauté de l'Australie





Concours!



Rabais de la semaine