Retour

Demandeurs d'asile : Québec « met de la pression » sur Ottawa, dit la ministre Weil

Le gouvernement Trudeau doit traiter plus rapidement les dossiers des demandeurs d'asile qui arrivent de plus en plus nombreux au Québec depuis quelques jours, affirme la ministre de l'Immigration du Québec, Kathleen Weil.

« On a demandé au gouvernement fédéral d’accélérer le traitement des dossiers, parce que ça permettrait d’amener les gens rapidement du logement temporaire au logement permanent », a-t-elle indiqué en entrevue à Radio-Canada. « Normalement, ça prend 48 heures. Et là, c’est plusieurs semaines. »

La ministre Weil, qui fera le point sur la situation jeudi matin en conférence de presse à 10h, soutient que Québec a obtenu un « engagement » du gouvernement fédéral en ce sens, mais n’a pas donné davantage de détails.

Les deux ordres de gouvernement ont des contacts quotidiens, a-t-elle précisé.

Selon elle, l’afflux de réfugiés en provenance des États-Unis, dont de nombreux Haïtiens qui craignent d’en être expulsés au cours des prochains mois, connaît une augmentation importante depuis quelques jours.

La décision d’utiliser le stade olympique pour accueillir certains d’entre eux a été prise la semaine dernière. Huit sites étaient déjà utilisés pour offrir un logement temporaire aux demandeurs d’asile et les ressources étaient « débordées ».

« C’est une décision d’urgence. Mais le site est bon, se prête à ça », indique la ministre.

La gestion du site installé au stade olympique est du ressort du ministère de la Santé, qui reçoit l’aide de la Croix-Rouge, précise-t-elle. Le rôle du ministère de l’Immigration consiste plutôt à aider tous ces gens à trouver un logement permanent, une fois leur demande jugée recevable par le fédéral.

La ministre a également fait savoir que Québec a demandé à Ottawa de lui fournir un profil démographique des demandeurs d’asile, afin de s’assurer, par exemple, que les enfants seront inscrits à l’école pour la rentrée scolaire, ou que les femmes en fin de grossesse soient bien suivies.

Québec a aussi demandé au gouvernement fédéral de discuter de la situation avec le gouvernement américain, a dit la ministre, sans en dire davantage.

Mme Weil assure entre-temps que le Québec est « bien organisé » pour faire face à cette situation.

La ministre ne peut cependant évaluer les coûts qu'elle engendre pour le gouvernement. Elle souligne que le gouvernement fédéral assume le coût des soins de santé qu'ils reçoivent. Les autres « seront discutés dans le cadre des transferts fédéraux, certainement », ajoute-t-elle.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un sanglier est coincé sur un lac gelé





Rabais de la semaine