Retour

Denis Coderre n'a pas dégraissé la fonction publique autant que promis

Après son élection à la mairie de Montréal, Denis Coderre promettait de « reprendre le contrôle de la main-d'oeuvre » en supprimant 10 % des effectifs de fonctionnaires (2200 postes) sur cinq ans. D'importantes économies qui devaient permettre de réinvestir de l'argent dans les infrastructures, comme les réparations de rues. Mais, quatre ans plus tard, il n'a même pas atteint la moitié de son objectif.

Un texte de Thomas Gerbet

Quelque 240 millions de dollars économisés d'ici 2018, c'était la promesse de Denis Coderre. « Irréaliste », disaient certains élus de l'opposition à l'époque. Et effectivement, ça ne se réalisera pas.

Des documents obtenus à la suite d'une demande d'accès à l'information révèlent que seulement 3,2 % des effectifs ont été supprimés depuis 2013. Pour atteindre coûte que coûte l'objectif, il faudrait supprimer 1500 postes dans la prochaine année. Un scénario improbable, selon le président du comité exécutif, Pierre Desrochers.

Le plan quinquennal de la main-d'oeuvre 2014-2018 prévoit l'abolition de la moitié des postes vacants, soit à cause de la retraite, soit pour d'autres motifs de départs, à l'exception des pompiers et des policiers.

L'administration Coderre a surestimé le nombre de départs à la retraite. Près de 900 fonctionnaires qu'elle pensait voir partir ne sont pas partis. La Ville a par ailleurs été incapable de limiter les créations de postes comme elle l'envisageait. L'an dernier, il s'en est créé 198, alors que le plafond était fixé à 100.

Le président du comité exécutif, Pierre Desrochers, tient toutefois à mentionner que la masse salariale est passée de 52 % à 44 % du budget durant le mandat de Denis Coderre. Une baisse qui s'explique surtout par les règlements de conventions collectives.

Gestion des finances publiques

L'enjeu est important en cette veille de campagne électorale. Denis Coderre et son adversaire Valérie Plante tentent de se positionner comme le meilleur atout des Montréalais pour bien gérer les finances publiques.

La chef de Projet Montréal critique le bilan du maire en se référant aux états financiers de la première moitié de l'année qui laissent présager un déficit annuel de 31 millions de dollars, une première depuis 2013. Mais Denis Coderre affirme que l'équilibre sera atteint d'ici la fin de l'année.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine