La Cour d'appel du Nouveau-Brunswick a décidé, lundi, que l'homme d'affaires Dennis Oland aura droit à un nouveau procès.

Le juge en chef Ernest Drapeau a indiqué que Dennis Oland bénéficie à nouveau de la présomption d'innocence.

Une audience de libération conditionnelle sous caution aura lieu mardi, à 11 h, et sera entendue par le juge Marc Richard, celui qui avait rejeté l'appel d'Oland, en février.

Dans sa décision, la Cour d'appel du Nouveau-Brunswick indique qu'elle « doit annuler la déclaration de culpabilité et ordonner la tenue d'un nouveau procès en raison de directives erronées données au jury par le juge du procès en ce qui concerne la preuve relative au comportement postérieur à l'infraction, plus précisément la fausse déclaration de l'appelant à la police au sujet du veston qu'il portait au moment des faits reprochés ». 

Dennis Oland avait dit, dans son témoignage, avoir fait une erreur de bonne foi en disant qu'il portait une veste bleue (et non brune) lorsqu'il a rencontré son père, le jour du meurtre. Selon les prétentions de la défense, le juge au procès aurait dû préciser que pour définir s'il s'agissait d'un mensonge, il faut en avoir une preuve indépendante.

Dennis Oland semblait retenir ses larmes à la suite de l'annonce de la décision. Sa mère, sa femme et sa soeur se tenaient les mains et pleuraient.

« Je suis extrêmement content que la Cour d'appel du Nouveau-Brunswick ait décidé de l'ouverture d'un nouveau procès pour mon neveu, Dennis Oland. Nous continuons de croire que Dennis est innocent », a déclaré l'oncle de Dennis Oland, Derek Oland, après la décision.

La Cour d'appel pouvait décider de casser la condamnation pour meurtre ou d'ordonner la tenue d'un nouveau procès.

Oland devrait être remis en liberté, selon une experte

La professeure de criminologie à l'Université de Moncton, Marie-Andrée Pelland, a rappelé qu'on ne peut condamner une personne s'il y a des doutes. « Pour se prémunir d'incarcérer une personne non coupable, il est préférable d'avoir un second procès, et de présenter une preuve et des recommandations au jury qui favorisent une décision non influencée par le discours du juge », a-t-elle déclaré à l'émission l'Heure Juste.

Au sujet de l'audience de remise en liberté conditionnelle sous caution prévue mardi, l'experte a affirmé que, selon la pratique, Dennis Oland devrait être remis en liberté.

« Il faudra regarder s'il représente un risque de récidive, donc un risque pour la société, et est-ce que l'apparence de justice va être maintenue si on le garde incarcéré ou en liberté », a -t-elle expliqué.

Dennis Oland, 48 ans, a été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 10 ans, après avoir été reconnu coupable du meurtre non prémédité de son père, Richard Oland.

Il est en détention depuis le 19 décembre 2015.

Plus d'articles