Retour

Dépassement des cyclistes : une loi difficile à appliquer, disent les policiers

Près de trois mois après l'entrée en vigueur de nouvelles mesures visant à protéger les cyclistes, les corps policiers des Cantons-de-l'Est n'ont remis aucune contravention en la matière. La raison : ils estiment que la loi est inapplicable.

Le nouveau règlement prévoit qu'un conducteur d'un véhicule routier doit garder une distance raisonnable d'un mètre ou d'un mètre et demi lorsqu'il dépasse un cycliste. Or, les policiers soutiennent qu'ils n'ont pas les outils adéquats pour mesurer cette distance.

« C'est vraiment laissé au jugement des policiers. Il faut que le véhicule passe extrêmement près du cycliste pour qu'il puisse émettre un constat d'infraction qui ne soit pas trop discutable à la Cour », soutient Paul Tear, agent à la prévention à la Régie de police Memphrémagog. 

Vélo-Québec déçu

La présidente et directrice générale de l'organisme Vélo-Québec, Suzanne Lareau, trouve « extrêmement décevant » l'argument des policiers. 

« Je pense qu'un policier est capable de juger si une voiture a frôlé un cycliste ou lui a laissé quelques centimètres », soutient-elle. 

Elle ajoute que des outils existent pour mesurer cette distance prescrite par la loi. 

« Plusieurs États américains, la France et la Belgique et d'autres pays ont des lois comme ça. Pourquoi eux sont capables de les appliquer et pas nous? », se questionne-t-elle. 

Le porte-parole de la Société d'assurance automobile du Québec, Gino Desrosiers, raconte que des efforts sont faits pour développer un tel outil, sans être capable de préciser de quoi il s'agit.

« Il y a une technologie qui se développe en ce sens-là, qu'on a déjà vue dans des articles de journaux aux États-Unis, où eux avaient l'équipement pour le faire, mais je ne suis pas en mesure de vous en dire plus », dit-il.

Des automobilistes plus prudents 

Sur une note plus positive, Suzanne Lareau, de Vélo-Québec, mentionne avoir remarqué d'énormes améliorations dans les comportements des automobilistes.

C'est aussi ce qu'a constaté le porte-parole du Club cycliste de Sherbrooke, Jean Pinard, qui a accompagné la journaliste Mélissa Fauteux lors d'une randonnée à vélo qui avait pour but d'évaluer le comportement et la sensibilisation des automobilistes face aux cyclistes.

Sur une boucle de 26 kilomètres, les deux cyclistes ont emprunté des routes fréquentées. Du village de Saint-Élie-d'Orford, ils ont bifurqué vers le chemin Hamel, qui les a conduits à la route 222. Arrivés au village de Saint-Denis-de-Brompton, ils ont circulé sur la route 249 et sont revenus à leur point de départ par la route 220.

En tout temps, ils se sont sentis en sécurité.

Ce que dit le Code de sécurité routière 

Le 10 juin dernier, le ministère des Transports a apporté des modifications au Code de la sécurité routière. 

L'une d'entre elles précise notamment la distance à respecter lorsque les conducteurs de véhicules routiers dépassent les cyclistes. 

Sur une route où la vitesse autorisée est de plus de 50 km/h, l'automobiliste doit ralentir son véhicule et conserver une distance d'un mètre et demi pour dépasser un cycliste alors que sur une voie de circulation où la vitesse est de 50 km/h ou moins, la distance à respecter est plutôt d'un mètre.

L'amende prévue pour le non-respect de cette règle est de 200 dollars à 300 dollars et amène l'inscription de deux points d'inaptitude au dossier du conducteur.

Le ministère des Transports affirme de son côté avoir mis en place ces nouvelles dispositions pour faciliter le travail des policiers et que c'est à eux de trouver une façon de les faire respecter.

Avec les informations de Mélissa Fauteux 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine